Cher Monsieur Azoulay

 

 

 

 

   Aujourd’hui j’ai grandi, mûri, vieilli et je me sens le courage de vous faire un courrier au nom de tous mes camarades de classes pour vous faire savoir que vous êtes un ignoble personnage, que vous vous êtes permis des méchancetés, grossièreté, vulgarité, gratuites envers nous tous qui étions à l’époque sans défense et complètement effrayé quand vous vous approchiez de nous. 

 

 

 

   Vous vous souvenez de Norbert Mousselin, que vous leviez de tout son poids par ses petits cheveux qui lui recouvraient les tempes, de Myriam Tarji à qui vous tiriez la joue avant de lui mettre une gifle parce-qu’elle bégayait en lisant, de moi même à qui vos mordiez le nez et tiriez la joue à me faire vomir.

 

 

 

   Cher Monsieur Azoulay, nous savons tous aujourd’hui que vous souffrez plus que vous nous avez fait souffrir, que le départ de votre fille Aline a fait de vous un homme triste, malheureux et sans vie. 

 

 

 

   Voyez- vous, Cher Monsieur Azoulay le malheur s'est retourné contre vous et  il fallait bien qu'un jour où l'autre un drame vous fasse payer cher les supplices et harcèlements que vous nous avez fait endurer. 

 

 

 

   Avec regret mais aussi de la haine de l’antipathie et de la rancœur …

 

 

 

la classe de CM2.(1973-1974)

 

 

 

Catherine, le 1er mars 2007