figuration32 semaines plus tard

 

Il s'appelle Oscar, affiche un sourire de séducteur, des petits yeux brillants, il a remarqué Odile au supermarché, sa jupette bleue avec des froufrous blancs, ses bras charnus et ses petits seins brodés de smoks quand elle s'étire vers les étages supérieurs, justement il lui faut un rouleau de corde pour pendre du linge, ne le trouve pas, elle guide le bellâtre dans l'allée puis disparaît.

 

Il est 19h

Le magasin va fermer. A peine sortie Odile se dirige vers la cabine téléphonique du parking: « Allo Marie! » Depuis leur dimanche mémorable, les deux amies ne se lassent pas d'évoquer ce jour magique! « Faut en refaire! » Un fou rire ponctue leur conversation. Au moment de sortir la clé de chez elle, Odile sent un regard sur sa nuque, elle se retourne et croise le regard de Mr Oscar qui lui fait des yeux doux en ajoutant: «  Vous habitez le quartier vous aussi? Quelle coïncidence! » Odile troublée, rentre précipitamment.

 

Le lendemain matin

Dans l'entrée de son immeuble, l'hebdo gratuit au pied des boîtes aux lettres, et un papier joint écrit à la main: agence de casting recherche figurantes. Odile enfourne le tout dans son sac de courses, entre les biscottes et les yaourts. Elle rappelle Marie: «y a une annonce, pour de jeunes actrices, allons nous présenter!». Quelques jours passent dans la fièvre. Elles se présentent ensemble à l'adresse indiquée.

 

Un jeudi soir, le 5 décembre

Une femme les reçoit dans ce local anonyme. Attente dans l'entrée. Chacune doit passer à tour de rôle. Marie va en premier. Dans une pièce sombre, une voix d'homme lui demande de jouer un personnage muet et amoureux, quelle idée, elle est gênée, pour le baiser, elle pense au plus beau chou qu'elle a vendu. Elle revient dans l'entrée, maintenant c'est Odile qui est attendue.

Mais c'est Mr Oscar qui la reçoit! Très professionnel, il la regarde et lui dit : « Tu te retrouves toute seule, orpheline, alors tu pleures ». Elle fait de son mieux. Lui, très froid: « Mademoiselle, on vous préviendra, pour les résultats ». Odile, interloquée!

Dans la rue, elle bafouille à son amie: « C'est l'homme que j'ai déjà vu au supermarché! » Marie reprend: « Alors c'est notre chance! », Odile reste muette, les battements de son coeur hésitent, Marie l'entraîne, joviale, leurs bras entremélés elles courent au loin à travers une nuit sans lune.

 

Le samedi suivant

Comme tous les samedis soirs, Marie retrouve ses amis au café. On a déjà aligné leurs bières sur le comptoir et en choeur ils vont les récupérer. Ne voyant pas Odile se pointer, Marie remarque: « elle est bien longue ce soir! ». Sans attendre ils s'installent à leur table préférée, de là on peut voir les gens rentrer, sortir et blaguer. « Tiens Fred a une nouvelle copine! », « Zyeute Christian carrément éméché », ils dessinent déjà les tableaux de la soirée.

La télé crie les derniers scandales, un homme est recherché. Marie se tourne vers l'écran sans y penser. Elle le reconnaît! le type à la télé, c'est lui qui les a reçues rue du Rateau! Soudain elle s'affole! Ses joues blêmissent, le scénario de la disparition d'Odile, de son kidnapping, s'impose! Elle presse la première main qui traîne! Ne voit plus rien!

L'horloge se vide de tout son sang.

Puis: « Marie! » crie son amie. La voix, cristalline, griffe l'épaule et la délivre.

Quel cauchemar!

« Non Odile, on ne refait plus jamais ça, j'ai eu si peur! »

Derrière Odile, Olivier, Pascal et Coco se joignent au groupe.

Et tous de brailler, entre les mousses qui dégoulinent!

«  Antoine me fait les yeux doux depuis si longtemps, je l'ignore, pourtant il est pas si mal que ça et au moins je le connais bien! » pense Marie.

 

Lundi 9, elle s'achemine vers la boulangerie le pas plus lourd, la tête bien faite de toute sa réalité.

Mais pour Odile, que s'était-il donc passé?

Ce soir là au café, Marie avait été rassurée de revoir sa copine arriver avec Olivier. Ce n'est que maintenant qu'elle pense « tiens elle ne m'a pas raconté? »

Comment se sont-ils retrouvés ces deux-là?

 

Demain, dimanche elle saura tout.

 

Odile, bien installée sur le lit à miettes, raconte.

Le lendemain même du fameux casting, ce vendredi 6 décembre, Olivier, rencontré à la figuration,

( mais oui quelle semaine!) s'était pointé au supermarché pour voir Odile, elle lui avait tapé dans l'oeil. Elle lui donne rendez-vous à la fermeture devant la cabine téléphonique après son coup de fil à Marie. Tous deux gaiement s'acheminent vers le logement d'Odile quand au coin de la rue, ils repèrent un homme en long pardessus noir de dos fumant une cigarette. Il fait pourtant froid ce soir. Odile redoute de le reconnaître. Mais c'est bien lui, constate-t-elle. Il est surpris. La voyant au bras de son ami, il repart l'air décidé, et s'enfonce dans la nuit.

Une enveloppe sous sa porte, Olivier la presse de questions, elle l'ouvre: adresse et heure du rendez-vous pour le tournage.... Elle seule est retenue! Mais sans doute ça se passe comme ça, elle ne connaît pas!

Joyeuse à nouveau.

Ca se précipite!

C'est demain matin! Urgent! La chance de sa vie!

Même pas le temps de prévenir Marie qui elle, ne se doute de rien!

 

(Entendant ça Marie fait la tête, Odile lui caresse l'épaule, « attends tu n'as rien manqué, écoute la suite »). La suite, c'est qu'Olivier la quitte pour rentrer chez lui, hésitant il contourne la place et mû par une prémonition, image sans tain, il regarde sa montre et se dirige vers l'immeuble de Pascal son pote, à cette heure il doit avoir fini son entraînement de boxe, et d'ailleurs cela fait quelques jours qu'il ne l'a point vu...

Ils commentent les matches qu'ils ont suivi à la radio pendant leur boulot, puis enchaînent sur les filles, tiens je suis passé voir Odile à son supermarché, un mec l'a engagée sur un plan tournage, sur le quai des Tourterelles demain matin, ouais je connais, c'est plutôt glauque le coin, paraît qu'il y a de drôles de lascars, elle y va seule? A quelle heure? C'est samedi demain, on pourrait s'y pointer genre discrets... Je vais prévenir Coco, si c'est du vrai, on pourrait être filmés en train de se bagarrer, Coco tu sais il est très fort.

Ok à demain

 

samedi 7 décembre

 

Eh ben ce foutu Oscar, son tournage, c'etait du bluff, un camping-car, des filles pas tristes! Odile arrive en avance bien maquillée. En approchant du quai un peu sordide, qui semble abandonné, elle sent des odeurs, sur le sol des restes de la veille ou d'orgies antérieures, elle se met à frissonner, « C'est bien loin du château de Rambouillet! » pense-t-elle. Une paire d' yeux lascifs, maculés de coups bleutés, l'interpellent, « Alors ma jolie, t'es la nouvelle? La poitrine choquée, un pas de recul, interdite, Odile scrute l'horizon encore dans la brume, le camping-car racoleur, Oscar la patte enserrant une girl, elle est fine et comprend vite ce tableau désenchanté. Dès qu'elle récupère ses jambes, elle détale de cet endroit si inquiétant, vers le premier métro! Sur le quai, ramassée sur un banc, elle voudrait être invisible! Elle sent une main se poser sur son épaule: elle manque s'évanouir. « Eh! C'est nous! »: nos joyeux copains de la veille, devant sa face pâle, l'enlèvent. Ouf on va se remonter à not'caf préféré! Odile, on ne l'y prendra plus! C'est qu'elle a eu la trouille quand même! Elle parade à nouveau, et rit de sa bêtise!

 

lundi 9 décembre

 

Une femme se présente, à la boulangerie, laisse une publicité à Marie, c'est de la figuration! Tout resurgit dans sa tête, le désir, le souvenir, le désarroi, l'histoire de sa copine. Finalement les pains au chocolat et toutes les viennoiseries, c'est bien ce qu'elle connaît et c'est plus rassurant!

Quelques jours plus tard, « Tiens Mr Tranchant! ». Il réapparaît, talonné par Mme Duchemin.

« Elle ne vous a pas dit? c'est pas Dieu imaginable tout ça! Elle a bien failli y passer avec sa copine! ». Marie rougit en rendant la monnaie, quelle honte!

« Ne vous inquiétez pas, cela arrive malheureusement et pour oublier cette expérience je vous invite au Paradis Latin, repas-spectacle tout en strass! ».

 

Les 2 amies si fières piaillent de joie, elles ont retrouvé leur candeur et se pomponnent en se chamaillant. Une voiture rouge les attend, Mr Tranchant est au volant, les illuminations de la nuit les enchantent, et tous trois de trinquer. Champagne à volonté!

Demain elles raconteront ça à Olivier, Pascal et Coco, c'est qu'y en a des gens bien dans le cinéma! C'est que c'est un grand Monsieur que ce Monsieur Tranchant!

 

 

Chantal Joanny