Piste d'écriture: l'univers de René Magritte. Vous découvrirez en fin de texte l'oeuvre qui a inspiré ce texte à Evelyne... Carole

Monologue clairvoyant

 

En panne d'inspiration, le stress de la page vide est terrible pour l'écrivain... C'est bien connu !

Que dire du peintre en mal de lyrisme et de son défaut d'engouement pour un nouveau tableau ? C'est tout aussi horrible, surtout que j'ai une exposition en vue à la fin de l'année et que mon galeriste s'est endetté dans de nouveaux locaux... Je ressens, par conséquent, une pression supplémentaire. Voilà ce qui arrive avec le début de la notoriété ! Je suis devenu une machine à produire... La production tue l'inspiration... Deux jours que mon châssis attend posé sur le chevalet... Rien ! Toujours vierge ! Après la grosse crise économique que nous venons de subir, il est de plus en plus difficile de vendre. Peindre des illustrations publicitaires, voilà mon actualité. Activité purement alimentaire. Les relations internationales se détériorent. Cela pourrait aboutir à un conflit encore plus grave. On en parlera dans tous les manuels d'histoire...

Aujourd'hui il fait beau, j'ai plus envie de me balader que d'étaler de la couleur sur une toile immaculée. J'enfile un costume. Petit passage par la salle de bain. Tandis que je lisse mes cheveux, le miroir me renvoie une image flatteuse. Mes goûts classiques me font choisir des tenues strictes : chemise blanche et costume bien taillé, chevelure gominée, et plaquée. Certains artistes affichent une allure bohème : cheveux hirsutes et blouse maculée de peinture. Je ne veux rien de cela ! Ça ne me correspond pas ! Dans dix ans je serai toujours le même ! En restreignant ma garde robe au strict nécessaire, je fais des économies. L'économie nationale n'est pas brillante, mes finances personnelles non plus !...Décidément mon moral est au plus bas, il est préférable que je sorte...

 

 

Retour à l'atelier après une heure de promenade :

Je n'ai rien vu d'intéressant ! Le petit tour vers les bouquinistes ne m'a pas séduit non plus. Le soleil lui-même s'est caché et je suis devenu encore plus morose que le temps. Je vais boire un verre de lait et ensuite au travail.  Des œufs sur la table !... Georgette a dû aller au marché... Cela me donne une idée : peindre un œuf ! Décliner la forme ovoïde en plusieurs teintes pourrait-être un sujet intéressant. Une envolée d’œufs dans un ciel bleu pourquoi pas ?  C'est plus original que de les mettre tous dans le même panier. Des œufs avec des ailes !... L'inspiration est là, l'envie de peindre aussi. Je m'installe devant mon chevalet. Je charge ma palette de quelques couleurs. Maintenant au travail !

J'étale les premières notes ocre et sienne sur la moitié gauche de la toile pour la table et quelques a-plats de gris pour le fond. Peu à peu la table et l’œuf posé dessus apparaissent... En arrière plan j'esquisse le chevalet. Quoi de plus banal qu'un œuf posé sur une table ? Je dois aller de la banalité vers l'étrange. Peindre, ce n'est pas regarder pour reproduire, c'est voir pour produire*.

Attention, je me laisse aller à la précipitation et voilà que je tombe dans la banalité... J'ai perdu l'inspiration du départ qui me donnait des ailes. Des ailes !... Voilà je crée un oiseau ! Après tout l’œuf donne la poule... Non ! C'est la poule qui donne l’œuf ! Je m'égare ...

Voir pour produire ! Je vois au delà du visible, voilà ce qu'il faut dire. J'extrapole ! De petites touches légères comme des plumes suggèrent le pennage d'un oiseau qui vole de ses propres ailes. Sans se tromper, il se pose sur le châssis que j'ai matérialisé sur la toile. Je viens d'avoir le geste créateur, je viens de capter une vérité au delà des apparences. Est-ce un oiseau de bon ou mauvais augure ?...

De la pointe de mon pinceau naît le volatile. J'en suis son géniteur. Je vais, donc, me peindre en premier plan. J'entends déjà mes détracteurs qui vont m'accuser de narcissisme... Et si le succès de ce tableau le conduisait un jour dans un musée ? Quelle belle revanche serait cette consécration ! Je me mets à rêver... Un oiseau de bon augure vient d'atterrir dans mon atelier, de quoi clouer le bec à beaucoup !....

 magritte-rene-la-clairvoyance-9952603

Magritte : la clairvoyance 1936

* Cette phrase a été réellement dite par Magritte, c'était son crédo.