Un soldat rêve

 

Devant la guérite, impassible ; il sent la sueur couler sous l’uniforme.

12h solaire devant le palais.

Place déserte. Garnison d’opérette. Le soleil écrase tout.

Il  s’endort, le corps s’avachit, les yeux se ferment à moitié,

baillement irrésistible, tête lourde.

Lutter contre le sommeil, veiller, attendre la relève. Mission périlleuse. Pas impossible.

S’agripper  à la lance, se tenir droit, se brancher sur le moindre mouvement qui trancherait cette immobilité pétrifiante de la place minérale, miroir d’un midi éblouissant

Regarder le manège des fourmis

Ecouter le  crissement du sable sous les pas

Ne pas rêver d’eau fraiche.

Rêver quand même.

Devant lui soudain un enfant lui propose un verre d’eau.

Dans ma planète on ne te laisserait pas seul au soleil comme ça.

 

 

Les assoiffés célèbres

On me donne à boire de l’eau

Je suis l’auvergnat de Brassens

Le forestier de l’autre versant de Char

La rose du petit prince

Le hussard du père de Victor Hugo

La fée du conte de Perrault

 

Mais toujours le manque, cette soif d’impossible.

 

"Au poisson on donne l’hameçon et à moi qu’est ce que vous me donnerez pour ma soif. " Michaux