Piste d'écriture: Un jeu, "A la manière de..." : dans un livre, une phrase, un début ……………et une fin. Déclenchez votre imagination.

 

J’ai une femme, deux enfants et……………………..un magnétoscope


 

J’ai une femme, deux enfants. Vous me direz que j’ai tout pour être un homme heureux. C’est presque vrai. Ma femme est encore superbe malgré les années passées. Enfin il faut aimer les arrondis, ne pas lui demander de courir  vite. Mais bien vaillante, je vous assure. Vous n’avez qu’à regarder ma ligne pas trop abimée pour vous rendre compte qu’elle est  bonne cuisinière. Si j’ai un peu de couperose et le nez  rouge ce n’est pas de sa faute, c’est à cause de mon penchant pour le pastis. Ça, elle aime pas, ma femme, elle me fait tout un cirque pour mes apéros. Pour tout vous dire, là elle me gonfle. C’est pour ça que….. Bon, enfin….

Figurez-vous que sur mes deux enfants, un garçon, une fille, c’est le garçon qui ressemble à sa mère. Ils vont bien ensemble ces deux là et ils n’aimeraient pas être séparés. Attention, je ne veux pas dire que mon gars est efféminé. Il a seulement pris de sa mère l’habitude de moraliser : « Papa tu ne devrais pas…Papa essaie de rentrer de bonne heure… C’est toi qui devrais réparer la sonnette… » Et comme ça tous les jours. Ca aussi ça me gonfle un peu. C’est pour ça que…..

Par ailleurs il a beaucoup de qualités, celles de sa mère, évidemment. Il est rangé, propre, serviable, bien vu à l’école même s’il a pris un peu de retard. C’est un bon petit gars qu’il est agréable d’avoir avec soi.

Comme je vous le disais, la fille tient plutôt de mon côté. Bien développée, ce qu’il faut là où il faut, elle promet. Elle a comme moi le caractère liant, elle aime rencontrer des gens, faire la fête avec eux, mais sans exagérer, rassurez-vous. Elle est gentille avec moi, elle vient me chercher au bistro quand c’est l’heure du souper, on marche dans la rue tous les deux en rigolant bien fort. C’est chouette.

Alors voilà. Cette femme et ces deux enfants ça fait un peu trop pour moi, à mon âge. Comme tout le monde le sait, il y a sur terre des tas de gens sans famille, malheureux, privés d’amour, de chaleur humaine. Si vous les voulez, emmenez-les avec vous, nous ferons deux heureux, vous et moi, sans compter eux aussi qui seraient ravis d’un petit changement.

Tenez, si on fait affaire, je vous offre un cadeau. J’ai aussi un magnétoscope, je vous le donne.