Suite des aventures de nos amis, qui viennent d'échapper aux Fumées noires et maléfiques du sorcier Discordus. 

Chapitre 11

 

bleue_mer

Mer, douce mer, calme et paisible, le ciel bleu qui t’accompagne ne peut que te rendre plus belle… Oh ma merveilleuse, danse, car bientôt chère mer, tu accueilleras de nouveaux amis. 

Et en effet… Soudain une bulle grande comme un ilot apparut et troubla la surface de la belle bleue. Cette sphère, trop timide pour caresser les flots, hésita à se poser sur les courbes azurées.  Enfin, cette enveloppe si mystérieuse, blanche et scintillante comme une perle d’eau douce, éclata, et nos chers amis jaillirent de ses entrailles, pour se retrouver barbotant dans le vide marin.

Clémence, inquiète d’avoir perdu Ethan, cria à Elaïjah : « Mais où sommes-nous ? Que faisons-nous là ? Et où est-IL ?

– Oui, et que s’est-il passé, mon chéri ? » demanda Ayana.

Elaïjah, heureux d’avoir retrouvé son élément, pris les enfants qui avaient du mal à ne pas s’enfoncer sous ses bras. Ayana s’allongea sur l’eau et fit l’étoile, heureuse de retrouver sa tendre amie, la mer, perdue depuis tant d’années. Mais toutes deux restaient encore anxieuses de ces retrouvailles inattendues.

« Je vous expliquerai plus tard, dit Elaïjah. En attendant, vous devez me suivre sous l’eau. Vous savez tous nager, j’espère.

– Ah oui moi je suis super fort, appelez moi Aquaman ! » s’exclama Léo. Il n’avait pas terminé sa phrase que Clémentine le poussa, et hurla : « Et moi, Sirene girl 

– Bien, s’amusa Elaïjah. Alors respirez tous un bon coup, nous allons dans les profondeurs de la mer.

– Mais attends ! Nous allons manquer d’air ! protesta Ayana.

– Tu ne me fais plus confiance, ma douce ? »

Avant qu’il ait pu répondre, il avait plongé. Ils traversèrent les coraux, nagèrent aux côtés des poissons dorés. La mer caressait encore les cheveux des filles jusqu’à ce qu’elle se transforme en perles d’air… Ils pénétrèrent à la suite d’Elaïjah dans un tunnel de roche, et furent aspirés par un courant si puissant qu’il n’y avait pas de retour possible. Clémence cria, et des bulles sortirent de sa bouche. Elle cria du silence, et pourtant dans le calme berçant des profondeurs, on put entendre des ondes perçantes… Les gouttes de sa respiration expirante jonchaient les parois du tunnel.