choux-a-la-creme

Piste d'écriture: les bonnes (ou mauvaises) résolutions... Un texte plein d'humour!

Marie-Jeanne, 70 ans,  à minuit moins le quart le 31 décembre 2015 (en son for intérieur) :

Ca y est, nous y voilà, tout le monde va encore se faire la bise sous le gui, se lécher la joue, se passer des microbes…et hop, je le sais bien, je serai encore malade la semaine prochaine. Mais tant pis, je vais me laisser faire, c’est peut-être bien ma dernière année à vivre, alors un peu plus ou un peu moins de bave de crapaud ! Ce n’est pas grave. J’ai déjà un pied dans la tombe…

Ah, voilà Barbette qui approche avec son nourrisson de 6 mois. Elle s’appelle Babette ma petite belle-fille, mais elle est tellement triste alors je lui ai donné un surnom…et lui, Kevin ouistiti, il va encore me vomir son goûter sur ma robe dernier modèle de chez Dior…

« Bonsoir Mamie, bonne année, et bonne santé surtout…je suis sûre que tu vas vivre jusqu’à 100 ans…

- Balivernes, ma fille, balivernes, cette fois-ci je vis mes derniers mois…

- Il faut positiver Mamimour, je suis sûre qu’avec un bon régime tu feras baisser ta tension…je vais t’aider et nous allons prendre ensemble de bonnes résolutions.

- Balivernes, ma chérie, balivernes, chaque année c’est le même refrain et personne ne tient jamais rien…mais bon si cela te fait plaisir, je veux bien y réfléchir, j’afficherai ma liste demain matin comme tout le monde.

- Souviens-toi de l’oncle Arnold qui avait décidé pendant 30 ans d’arrêter de fumer.

-Ben ça n’a pas marché, il est mort d’un cancer l’année dernière, à peine 65 ans !

- Oui mais il avait quand même réussi à s’arrêter et son cancer, c’était la prostate pas les poumons !

- Ben finalement tu vois, bonne résolution ou non, il est mort quand même !

- Positive, Mamimour, il faut positiver ! »

C’est ce moment-là que choisit le petit Kevin pour se pencher vers sa grand-mère et lui faire un tendre bisou, ce qui déclencha une fois de plus un renvoi de lait sur la belle robe en dentelles… Furieuse, Marie-Jeanne les planta là et se dirigea vers la salle-de-bains. Elle ruminait en marchant dans sa moustache naissante :

« De bonnes résolutions, de bonnes résolutions, puff, mais lesquelles nom de Dieu…oh, j’ai juré !

Bon, résolution numéro 1 : Ne plus jurer !

Voyons, résolution numéro 2…Marie-Jeanne regarda dans la glace son embonpoint plus qu’avancé…bon, qu’est-ce que je décide ? Je la remets celle-là ; je n’en ai guère envie, cela fait maintenant 10 ans qu’elle est au programme. »

Au même moment elle entendit, du fond de la salle-de-bains, des bribes de conversation au milieu de la musique disco qui avait repris de plus belle :

« Qu’en penses-tu, Mamimour a encore grossi, non ? demandait son petit-fils à sa femme.

- Oh tu sais Robert, maintenant à son âge, autant la laisser profiter de ses dernières années !

- Elle n’est pas si vieille que cela !

- Oui, mais chaque année son diabète augmente et elle-même dit que sa fin est proche. »

Marie-Jeanne cramoisie, fixa le miroir et se vit soudain enfler, enfler jusqu’à ce que son reflet sorte de la glace…elle se sentit soudain envahie d’une angoisse épouvantable :

« Eh bien non, se dit-elle, je ne leur ferai pas ce plaisir, je vais faire un autre régime, un ultime vingtième essai et je vivrai jusqu’à 100 ans. Ils vont voir de quel bois je me chauffe, saperlipopette !! »

De retour au salon, après les embrassades de circonstances, Marie-jeanne prit place à la petite table du fond. Elle se mit frénétiquement à remplir une petite feuille de papier :

- Résolutions de l’année 2016 :

- Ne plus jurer

- Ne plus mourir

- Vivre jusqu’à…110 ans !

- Renoncer aux pâtisseries, donc ne plus en faire pour personne !

- Voyager, partir un mois en Thalasso, donc ne plus garder tous mes petits-enfants bavouillants…

- et garder le sourire quoi qu’il advienne – celle-là sera la plus difficile à tenir, se dit-elle intérieurement- Mais ils vont voir ce qu’ils vont voir !

Le lendemain matin, Marie-Jeanne, plus déterminée que jamais, afficha ses résolutions sur le tableau de la cuisine à côté des autres listes de la famille. Elle lut chacune d’elle avec délice, puis vint s’asseoir devant un café noir, avec un air narquois, pour les regarder à leur tour défiler devant toutes ces décisions, plus jubilatoires les unes que les autres… : Octave devait enfin finir son roman, commencé 10 ans plus tôt ; la petite Alice avait décidé de réussir sa quatrième première année de médecine, Louis devait oublier les filles et faire le tour du monde…

Bref, quant à elle, elle souriait doucement, car chaque membre de la tribu pâlissait devant sa liste…

« Tu comptes vraiment faire tout cela Mamimour ? lui demanda son fils intrigué

- Eh bien oui, vois-tu, je pense qu’il est temps pour moi de changer de vie. Ne fais pas cette tête-là : tu prendras une nourrice pour Kevin. Quant à l’héritage, j’y repenserais beaucoup plus tard, rajouta-t-elle cyniquement. »

Elle se leva et sortit de la pièce. En quittant la maison de son fils plus tard dans la journée, elle repensa un peu tristement à son Robert et son air affolé, mais ne se sentit nullement coupable.

Elle marcha d’un pas alerte jusqu’au bout de la rue, et entra sans hésiter dans la meilleure pâtisserie du quartier :

«  J’aimerais goûter vos choux à la crème, s’il vous plaît ! »

Et cette fois-ci, dans le miroir du fond du magasin, elle sourit à son image : son ombre lui apparut plus mince que jamais !

Marion Paulet. Photo: http://maisonjosephine.over-blog.com/article-petits-choux-a-la-creme-chantilly-et-aux-amandes-effilees-116327773.htm (avec la recette des choux à la crème!)