bénédicte résolutions

Piste d'écriture: les bonnes résolutions.

La pluie tambourinait sur les fenêtres de la chambre ; lovée dans le cocon douillet formé par sa couette, Claire était dans l’impossibilité de trouver le sommeil. Son cerveau était en permanence traversé de pensées fugitives.

Pourquoi ne pas profiter de ces instants de quiétude pour réfléchir à l’année qui débutait ? N’était-ce pas le moment de prendre de bonnes résolutions ? Les magazines qu’elle avait feuilletés, les newsletters parcourues en ce début d’année avaient tous les mêmes titres accrocheurs : Seize bonnes raisons pour se lever le matin, prendre de bonnes résolutions et les tenir … Bref, le monde extérieur semblait considérer qu’il n’était pas envisageable de commencer l’année sans se fixer des objectifs !

Les statistiques plaçaient en titre des vœux celui d’arrêter de fumer puis de faire du sport, de consacrer plus de temps à ses enfants, de perdre quelques kilos …

Rien de cela ne lui correspondait : elle n’avait jamais fumé, ses enfants étaient adultes et bien loin, son poids était resté celui de ses vingt ans et chaque jour, elle faisait une séance de sport. Il lui fallait trouver autre chose !

Tout à coup une idée presque incongrue surgit : sa bonne résolution de l’année 2016 serait de s’occuper d’elle.

Bien sûr, à un moment où d’autres prenaient comme résolution de s’occuper davantage des autres, cela pouvait sembler presque indécent mais tout à coup elle l’assumait ; non pas qu’elle refusât de s’occuper des autres, elle donnait largement son temps à une association d’entraide mais surtout, elle voulait que l’année 2016 soit l’année où elle ne serait plus seulement la fille de …, la mère de …., l’épouse de ..., l’année où elle serait enfin elle … l’année de la découverte, de la renaissance.

Même si l’image bien lisse qu’elle renvoyait aux autres était en accord avec le prénom que ses parents lui avaient donné, Claire savait bien qu’au fond, dans les coins, recoins et rabicoins de son cerveau, on était bien loin de ce politiquement correct qu’elle cultivait à loisir. Et si, en 2016, son objectif était de sortir de l’enclos dans lequel on l’avait installée à sa naissance et qu’elle avait continué à habiter par tacite reconduction ?

Mais une grande inconnue surgit  alors : de quoi avait-elle vraiment envie ? Car c’était une chose de décider de faire ce qui lui plaisait, une autre état de savoir exactement ce qu’elle souhaitait …. S’était-elle perdue au point de ne plus avoir de désirs personnels ? Plus de projets à envisager ?

La triste réalité s’imposait … Elle s’était tellement laissé engluer dans sa vie quotidienne si bien cadrée qu’elle était incapable de formuler une seule envie ….

Alors, elle décida tout simplement que sa résolution 2016 serait de dresser la liste de ses envies ; ainsi la résolution 2017 serait déjà trouvée : mettre en œuvre la liste dressée en 2016.

Rassérénée, elle s’endormit enfin paisiblement. La pluie continuait son ballet sur les vitres …