Inspiré d'un poème de Jacques Darras, Chimay, in L'indiscipline de l'eau, Poésie Gallimard.

peinture-visage-10

URGENCES…

 

J’ai dû dormir longtemps, bruits confus, mon bras s’engourdit,

Paupières lourdes,

   Autour de moi, voix en désordre ;                            

Je ne suis pas dans mon lit..

 Lumière dans les yeux ;

 Mais qu’est-ce qui m’a pris ce soir ? 

                                                             Face à moi, une vieille femme parle fort :

                                                            « Je veux rentrer chez moi ! »!

                                                          « Tout à l’heure ! »répond-on en écho….

… Un éclair dans ma tête,             

On dit mon mari, mon amant, mon enfant, cette possession étouffe !

Au nom d’un grand amour, nous installons autour 

Des barrières solides.

Hors de nos tête-à-tête

J’ai perdu mes repères,

 L’ailleurs nous inquiète

Les autres nous font peur..                             

                                                              Certains dorment à côté.

                                                             Un homme, jambes nues, hagard,

                                                             Refuse de s’allonger sur le brancard ;

                                                            Mais qu’est-ce-qui m’a pris ce soir ? 

J’ai une famille tendre, des enfants heureux, une jolie maison,

Un travail que j’aime, et l’homme qui partage ma vie…….

                                                                     Une dame réclame l’infirmière

                                                                     Petite voix, murmure….                                                                                                                                                                                                 

                                                                    Près de moi, un garçon lit, 

                                                                    Corps caché, seules, ses mains 

                                                                  Tournent les pages. 

Lumière dans les yeux,

Je ne m’habitue pas à cette perfusion.

L’homme qui partage ma vie depuis plus de dix ans,

 A laissé le doute s’installer...

Où sont les limites à l’amour ?

Où se trouve la frontière 

J’ai cru l’entendre un jour demander de l’air, et j’ai eu peur  !   

Et longues journées et nuits d’angoisse 

Le jour n’arrivait plus !                           

                                                                   Sur un brancard, à côté,                    

                                                                  Une jeune femme dort, voilée de noir  

                                                                De la tête aux chevilles ; seuls, ses pieds 

                                                               Blancs et nus, se caressent, doucement ;

                                                                Mais qu’est-ce qui m’a pris ce soir ? 

J’ai peur de cet amour-là, me berçant de certitudes,

Qui, peut-être à la latitude de l’amour ? Deux mots qui ne vont guère ensemble.

La lumière me fait mal aux yeux

Il faut garder l’essentiel me dit-on à l’oreille ; la vie c’est autre chose

« Mais qu’est-ce qui t’as pris ce soir ? »  me dit mon mari, son visage près du mien.

 Michelle Jolly.
Illustration: Peinture sur visage, par l
e photographe russe Alexander Khokhlov (http://www.laboiteverte.fr/des-peintures-sur-visages/)