Poème en écho. Le vers du début est  d’Ismaël Savadogo : Comme si on me suit, poème inédit offert au Printemps des poètes, www.printempsdespoetes.com

 

« Pour tout savoir d’une rive en étant sur l’autre »

Ce matin, regardant le ciel et goutant l’air ambiant,

J’ai pensé un instant que tes yeux chercheraient

De si loin que tu sois et la même couleur, et la même saveur

Qui fait crisser les dents, lorsque le vent du sud s’éveille.

Vers toi je crie des mots comme ballons lâchés,

A cette heure où je lis quand je te sais assise, guettant l’or de l’étoile

En chantant quelquefois…

 

Qui poussera un jour l’une vers l’autre nos vies ?

Trop loin, trop difficile, trop long le voyage…

Si tous les continents partaient à la dérive,

Si tout était franchi, si l’on se retrouvait ?

 

Mais je sais qu’il est sourd le passeur de nos rêves,

Qu’il est des impossibles, des rocs, des déserts,

Que la mer est immense, et n’aie pas de bateau,

Que je me lasserai d’appeler au secours,

Regardant le ciel et goutant l’air ambiant,

Et oublierai un jour le nom que tu portais.

 

Bateau