30 avril 2017

Ariane sur son chemin, par Nyckie Alause

Ariane est la grand-mère d'Eloïse, la fillette qui a vraiment du mal à parler encore à sa maman... Pour relire ce texte, cliquez ici. Ariane n’a pas vu sa famille depuis longtemps, depuis vraiment longtemps. Quand elle pense à sa fille, elle la voit à dix ans, à vingt ans, encore à vingt ans et après elle ne la voit plus, physiquement. Plusieurs fois elle lui écrit. Elle aurait dû poster ses lettres. Elle a tenté de la joindre au téléphone pour ne laisser sur le répondeur qu’un message tellement laconique que sa fille ne l’a... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 avril 2017

Les noces de Gyptis, par Jean-Claude Boyrie

Épilogue : Phil. Les noces de Gyptis et de Protis.   « Ce jour-là, le roi était occupé à préparer les noces de sa fille Gyptis que, selon la coutume de la nation, il se préparait à donner en mariage au gendre choisi pendant le festin. Tous les prétendants avaient été invités au banquet. Le roi y convia aussi ses hôtes grecs. On introduisit la jeune fille et son père lui dit d'offrir l'eau à celui qu'elle choisirait pour mari. Alors, laissant de côté tous les autres, Gyptis se tourna vers les Grecs et présenta... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 04:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 avril 2017

Un de ces jours de janvier au soleil, par Paul Barry

    C'était un de ces jours de janvier. Un de ces jours froids et secs où le mistral frictionne les joues des passants. La découverte d’une façade à l’abri du vent, orientée plein sud m’offrit une oasis inespérée.Le soleil, semblait avoir fixé ses rayons comme pour une éternité. Assis au pied du mur, je sortis ma gamelle. Le calcaire coquillé du bâtiment teintait d’or la lumière et renvoyait la chaleur. Comme un été en plein hiver ! Comme un lézard, je buvais le soleil en silence. Quel bonheur après la course contre le... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 14:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
13 avril 2017

"Sodade" et "la banalité du mal", par Jean-Claude Boyrie

Déluge 19. Loko.São Vicente, mon vieux volcan,champ de lave, île de brume,écueil perdu dans l'océanJe te revois, frangé d'écume.À Mindelo, à Mindelo,l'on fait tous les soirs la fête,on n'a pas d'sous.on est chanteur ou bien poète,l'on invente des rythmes fous,on a des rimes plein la tête,En criolo, en criolo.Pauvre de moi, pauvre Loko !Quand l'occasion m'en fut offerte,je suis parti sur un bateau,croyant qu'ailleurs, l'herbe est plus verte.À cette loterie,on mise : on gagne ou bien l'on perd.Moi,  j'ai pas tiré le gros... [Lire la suite]
13 avril 2017

Propos d'atelier, par Jean-Claude Boyrie

Déluge 22   Chantal. Propos d'atelier. « Vous êtes un beau ciel d'automne, clair et rose, Mais la tristesse en moi monte comme la mer... » Baudelaire, « Les Fleurs du Mal », XV, « Causerie »   En moins d'un mois, j'ai fait table rase de tout ce qui fut mon ancienne vie. Un mois, ce n'est pourtant pas long, mais ça pèse comme un siècle. En un mois, j'ai l'impression d'avoir pris dix ans d'âge. Ce que je redoute par dessus tout, c'est de sentir sur moi les regards apitoyés de mes... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 05:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 avril 2017

D'une rive, l'autre, par Michelle Jolly

Poème en écho. Le vers du début est  d’Ismaël Savadogo : Comme si on me suit, poème inédit offert au Printemps des poètes, www.printempsdespoetes.com   « Pour tout savoir d’une rive en étant sur l’autre » Ce matin, regardant le ciel et goutant l’air ambiant, J’ai pensé un instant que tes yeux chercheraient De si loin que tu sois et la même couleur, et la même saveur Qui fait crisser les dents, lorsque le vent du sud s’éveille. Vers toi je crie des mots comme ballons lâchés, A cette heure où je lis... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 avril 2017

Vibrato, par Michelle Jolly

Un conflit (interne ou externe), et éventuellement sa résolution. Chaque fois que je traverse la Grand-Place, le matin, je me répète que son décor est insolite, la façade des bâtiments disparates me choque : ainsi le marbre gris, les balustres du Crédit Agricole, son petit air XVIIIème irait mieux à notre Opéra, si triste, blockhaus cimenté, sans faste d’architecture, à part un escalier de façade d’une certaine allure. Je le connais bien car je le grimpe presque chaque jour, et chaque jour je regrette le manque de panache de... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 avril 2017

"Une belle paire de jambes", de Prisca, illuminée par la revue L'Ampoule!

  La revue l'Ampoule, dans son numéro 22, Trésors et trouvailles, a publié une nouvelle écrite par Prisca,  de l'atelier du samedi. Vous trouverez notre auteure sous son nom de plume, Abigail McDowell, et son texte "Une belle paire de jambes" à la page 19. La revue, qui est elle-même une mine de trouvailles, est proposée gratuitement à la lecture, téléchargeable en PDF. suivez le lien! et faites passer...  
Posté par Menahem Lilin à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 avril 2017

"Tu es impossible!" par Chantal Joanny

Piste d'écriture: le conflit (et sa résolution)   Pourquoi tu me l'avais caché, moi ta meilleure amie? Parce que cela n'entre pas dans notre relation à nous...... Comment oses-tu te dédouaner ainsi? Tu es unique et je t'aime dans ce face à face..... Tu es impossible! Et tu as toujours raison! Mais la douleur que tu infliges...en es-tu si insensible? J'ai appris à me dissocier de toutes les souffrances.... Tu n'as donc pas de coeur? Pas de culpabilité? Pas d'éthique envers les autres? Je ne sais, la fissure opérée....oh... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 avril 2017

Une tranche de vie, par Sylvie

Piste d’écriture : s’inspirer d’une phrase de roman (prise au hasard sur une carte à jouer).   Une tranche de vie L’un des deux hommes dit qu’il a envie de… mais il n’arrive pas au bout de sa phrase, car l’autre le coupe en disant qu’il est l’heure de partir. « Partir, mais pour aller où ? » se demande Nanard en les observant. Leur territoire s’étend sur un kilomètre carré tout au plus, et, à cette heure de la journée, le meilleur endroit, le trottoir le mieux chauffé par le soleil de décembre, c’est ici,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,