pierre bonnard le jardinier

Piste d'écriture: s'inspirer d'une toile de Pierre Bonnard pour "interviewer" un ou des personnages. 

Nous sommes dans un jardin début d’été, à l’ombre d’une clairière. Une jeune femme appuyée contre un arbre, l’air pensif et lointain, comme si elle était ailleurs, regarde distraitement un homme en train d’arroser un arbuste que l’on devine récemment planté. Lui est concentré sur ce qu’il fait et ne porte aucune attention à la femme près de lui.

Le garçon porte un vêtement décontracté tandis qu’elle a une tenue de ville assez sophistiquée.
Les rayons de soleil un peu plus loin montre que l’on doit être en tout début d’après-midi et que la chaleur ambiante est sûrement assez élevée.

 Elle se demande pourquoi elle l’a accompagné, alors qu’elle n’aime pas du tout la campagne. Elle préfère de beaucoup la ville et ses activités, elle aime beaucoup retrouver ses amies dans les salons de thé et partager leurs impressions sur les concerts ou les pièces de théâtre qu’elles ont vu et sur les personnes qu’elles ont pu y croiser. D’ailleurs là au moment présent elle se rappelle la soirée de la veille passée au restaurant et revoit en particulier l’homme qui lui faisait face et qui a animé la soirée. Certes il monopolisait un peu trop l’attention de tous, mais il était tellement séduisant tandis que… Elle sort brusquement de sa rêverie et regarde l’homme devant elle. Que fait elle ici ?
Comme s’il avait senti qu’elle le regardait, il lève la tête et la dévisage avec tendresse. Il lui propose à boire mais dès qu’il lui parle, elle détourne le regard et se laisse emporter par ses souvenirs.

Il se lève, va chercher de l’eau dans la fontaine toute proche, lui tend un verre et la force ainsi à croiser à nouveau son regard.
Elle se sent mal à l’aise, comme si il pouvait lire dans ses pensées et voir ainsi qu’elle ne l’aime pas. Elle rougit. Puis, furieuse de ne pas mieux se contrôler, elle se lève et demande quand on va repartir.

 Cela fait des mois qu’ils se connaissent, qu’ils se voient régulièrement, mais est-t-il seulement amoureux d’elle ? Elle ne le sait pas, elle ne le pense pas. Il est toujours très serviable, mais reste toujours distant. Il a un caractère plutôt joyeux, mais dès qu’il pourrait laisser apparaître ses sentiments il trouve une pirouette pour changer de sujet. Il est totalement différent avec son chien à qui il manifeste une grande affection. Pourquoi l’a-t-elle suivi ici ?

Elle renouvelle sa question : alors quand repart-on ?
Il la regarde, lui sourit et répond : tu vois bien que j’ai encore du travail. Pourquoi ne vas-tu pas près de la rivière tremper tes pieds dans l’eau ?

Vraiment il ne la comprend pas. Mettre ses pieds dans l’eau, il n’y pense pas. Elle se lève néanmoins et disparaît derrière les feuillages.

Lui s’assoit, se prépare une cigarette qu’il a roulée comme lui a appris son père. Et un instant il se met à réfléchir.Que fait-il avec elle ? Elle est jolie, mais elle ne s’intéresse à rien de ce qui lui plait. Elle n’aime ni la nature, ni son chien et il ne doit pas fumer devant elle. Il va la ramener en ville et puis basta, il ne la reverra plus.

Il entend un cri venant de la rivière. Il se précipite. Elle a glissé et maintenant elle est dans l’eau. Il plonge la rattrape, l’aide à sortir de l’eau et là, dans les bras l’un de l’autre ils s’embrassent fougueusement. Il a fallu cet incident pour qu’ils osent enfin montrer leur désir réciproque.

La toile de Pierre Bonnard s'intitule "Le jardin".