Piste d'écriture: un incident déclencheur traumatique.

 

« J'avais envie de pleurer. Je tentais de dégager ma jambe mais mon corps semblait paralysé, si fatigué. Et mon esprit, mon esprit où était-il? Tu es douce me répétait-il. J'aurais aimé ne pas l'être, être acérée, acide, brûlante mais pas douce.
Tu es douce. Je fixai un carreau de fenêtre comme pour m'échapper par la pensée.
Ses gestes rapides, tu es douce, assurés, tu es douce, blessants, tu es douce, j'abandonnais, tu es douce.
Oui "J'aurais pu", Ah "j'aurais dû"? Mais je n'ai pas. Tout se passait si vite et si lentement à la fois. Je ne sais pas comment vous expliquer. »
Elle se rhabilla.

Ne trouva pas ses chaussures.
Descendit pieds nus le grand escalier en stuc.
Poussa la porte.
Le vent l’empêchait d'avancer.
Elle s'assit sur un vieux banc en bois et se mit à en gratter le vernis.

pieds-nus