Une passion, un intérêt fort

 Les prétextes qu’Eleni inventait étaient multiples. Elle aurait voulu dire la vérité à son amie, mais ne voyait pas comment lui avouer sa nouvelle passion. Katherina n’aurait sans doute pas compris. Et d’ailleurs, se dit-elle, c’était tout à fait naturel. Elle-même comprenait à peine. Comment parler de cette fascination étrange, de cette sensation de plonger dans un autre monde ? Eleni ne disposait pas de mots pour décrire cette évasion clandestine, ce lambeau de vie qui lui appartenait en propre, où se manifestait une soif d’apprendre jusque-là ignorée. Alors elle se tut et continua à tisser un cocon de subterfuges autour d’elle.

Extrait de Bertina Henrichs, La Joueuse d’échecs, Ed. Liana Lévi 2005, Le livre de poche 3104. Eleni, jusque-là mère de famille, amie, employée sans histoire, dans un petit village d’une île grecque, va se prendre de passion pour les échecs. « Or, dans l’île de Naxos, les joueurs de trictrac sont légion, mais jamais aucune femme n’a approché les pions noirs et blancs. Quant à ceux d’un échiquier, n’y pensez même pas ! » (extrait de la 4e de couv).

 

Nous avons parlé il y a 15 jours d’un évènement déclencheur traumatisant, subi. Une révélation, une violence, l’arrêt brutal d’un projet, d’un espoir, une fin de non-recevoir inattendue… quelque chose imposé de l’extérieur, et qui va détacher le personnage de la personne qu’il était, l’inciter à changer de vie.

Mais autre chose peut nous inciter à changer de vie, ou au moins à prendre de la distance avec la personne ou le personnage social que nous étions. La passion, surtout lorsqu’elle est soudaine, est elle aussi en partie subie. Mais souvent elle répond à un besoin viscéral, et s’épanouit sur des racines profondes. C’est le cas pour Eleni : une soif d’apprendre, qui réactive en elle l’élan vital. Je ne veux pas vous en dire trop sur Eleni, car je souhaite que vous puissiez vous emparer de ce personnage et surtout de ce qu’elle éprouve. Je vous en parlerai en fin de séance.

Ce qui m’a plu dans ce passage, c’est le fait qu’Eleni ne se comprend plus elle-même, et qu’elle n’est plus comprise par son entourage. Elle devient clandestine dans sa propre vie.

Vous pouvez : poursuivre son histoire, ou en raconter ce qui précède l’extrait.

Ou donner, à votre personnage, une passion, un intérêt fort, pour un être, un lieu, une œuvre, une activité… Penchant, suffocation ou aspiration, cela doit le révéler à lui-même, et l’isoler (au moins dans un premier temps) de ceux qui partageaient jusque-là son quotidien. De fait, sa vie change. Il peut choisir d’accompagner le mouvement, ou d’y résister. On peut aussi choisir cela pour lui.

Quoiqu’il en soit, ce nouvel élément vient répondre à un manque, un besoin.