Voici le premier chapitre de Bye-Bye Car, une histoire de voiture volante et de fleurs étranges. Un chapitre sera publié chaque mercredi et samedi  sur le site Les mots de Priss
Une petite merveille de fantaisie et un moyen sûr d'évasion! Les participants de l'atelier du samedi reconnaitront Priss... Carole 

 

Bye-bye car illustration

Bye-Bye Car, chapitre un

Dans la famille de William, la plupart des adultes sont routières ou routiers. Maman, Papa, Tonton, Tata, Papé aussi, tous sauf Mamé qui elle est mécanicienne dans un garage de ville appelé « Dépann’Tout ». Ce travail demande une forte tolérance à l’odeur d’essence. (Tu sais celle qui te donne envie de vomir dans la voiture de tes parents.)

Quand Maman est à Chambéry, Papa, lui, est à Royan, tonton à La Souterrainne, tata à Göteborg. Quant à Papé, il roule vers l’Italie à travers de longs tunnels. William se retrouve alors seul à la maison, enfin seul c’est tout comme. Il a bien un grand frère, un adolescent à qui l’acné fait passer de sales moments dans sa salle de bain, mais William ne trouve pas sa compagnie tellement réconfortante.

Par bonheur, William aime la lecture, c’est une véritable passion qui lui permet de s’évader de sa vie solitaire. Chaque semaine, une douzaine d’ouvrages de la bibliothèque du quartier voyagent jusqu’à chez lui dans un chariot de courses grinçant. En effet, impossible de les porter à bout de bras quand on est bâti comme William à la manière d’un brin d’herbe ou un fétu de paille.

Parfois, il part même à la cueillette de lecture dans l’appartement familial. Son frère qui sème ses affaires abandonne ses revues de sciences ou ses ouvrages d’aventures un peu partout. En général, William commence par la cuisine tout près du frigo, puis regarde sous le meuble à consoles et enfin dans le vestibule parmi les chaussures de sport à l’odeur de plateau de fromages. Bien sûr, tout ceci, cher lecteur, reste entre nous, car « un coin à livres » c’est comme un « coin à champignons » : il doit demeurer secret.

#

Bref, un soir, alors que son frère aîné se bat à coup de Biactol dans la salle de bain, une voiture se gare devant la fenêtre de la chambre de William. Ce qui est étrange, car William habite au quatrième et dernier étage d’un immeuble. Afin de mieux la voir, notre héros pose son livre sur la vie des campagnols pour grimper sur une caisse d’ouvrages située sous la fenêtre. ...............................  Pour lire la suite: https://lesmotsdepriss.com/byebyecar-chapitre1/