Piste d'écriture: S'inspirer du  texte de « le pas sur le côté » Début de La quête d’Ewilan de Pierre Bottero, éd. Rageot – 2003, "Camille était âgée exactement de quatre mille neuf cents jours, soit un peu plus de treize ans, la première fois qu’elle effectua « le pas sur le côté ».

 

 

J’ai fait un pas de côté en descendant du trottoir et j’ai mis les deux pieds dans une énorme flaque d’eau.

            Bravo, je vais avoir les pieds trempés toute la journée. Je n’aime pas avoir les pieds trempés, j’ai vite froid et comme disait ma grand-mère le froid aux pieds monte à la tête, bouche les oreilles et fait couler le nez.

            Bon, est-ce le signe d’une mauvaise journée qui commence ?

 

Déjà la pluie de ce matin, ciel bien plombé : il y en a au moins pour la journée. Cela ne m’affecte pas trop, j’aime la pluie,

Hé oui, je vais encore me faire huer.

 

Et slash, remontée sur mon trottoir, je viens de me faire asperger par une voiture qui passait à toute vitesse,

            J’en rirai presque,

            Troisième signe !

 

Si la journée continue comme ça, je vais finir par être de mauvaise humeur.

Défilent alors dans mon esprit la réunion sans fin et sans espoir de conclusion qui m’attend ce matin, les dossiers ennuyeux, même pas épineux.

La mine blafarde et sans joie de mon chef, l’indifférence de mes collègues – sauf Marie, petit soleil impertinent – qui fait passer des mails malicieux et des fraises tagada.

 

Je suis trempée, j’ai froid.

Germe alors dans ma tête une envie de chaud, de doux, de sucre…

            Faire un pas de côté,

Pour un jour rien qu’à moi,

Pas raisonnable mais si tentant !

 

Je décroche mon téléphone :

            « Bonjour, désolée, je suis malade, je ne viendrai pas aujourd’hui,

            « Oui merci, je me soigne,

            « Je vous tiens au courant. »

 

lysiane croissant

Je fais demi-tour,

Passe à la boulangerie,

Achète des croissants et du chocolat,

Grimpe chez moi,

Pousse la porte avec un curieux sentiment : comme un enfant qui fait ce qu’il sait ne pas devoir faire.

Je me prépare un thé parfumé,

me glisse dans le fauteuil sous le plaid léger,

attrape mon livre

et là ! arrêt sur image : je savoure,

 

            Le pas de côté : quel bonheur !