sablier

   Il y eut un avant, il y eut un après

 

          Fenêtre fermée

          Sur le gris plomb du soir

          Et pas un oiseau.

 

           Le poids du temps vain

           Un son soudain inconnu

           Le cri d’un enfant ?

 

           Mouvement de fer

           Ce n’est qu’un instant de peur

           Inutile rêve.

 

           Des minutes de sable

           Jeu plus tard interrompu

           Un poème oublié.

 

             L’enfant qui pleurait

             Et la rose au balcon

             Un signe pour demain.

 

            La pluie sur la ville

             L’homme bossu passera

             Moins de vent, moins de peur.

             

 

Hélène Moufflet Le Davay