Piste d'écriture: haïkus et formes brèves

je pars sur les traces de mes origines

des traces inconnues qui manquent

des empreintes que je sais nécessaires

 

je pars sur le sable de chaque île

jusqu’à retrouver les pas des miens

 

les pas silencieux des hommes

soumis en masse

à se taire et à obéir

 

lorsque je respire

je redonne la liberté aux miens

je leur permets de dormir lorsqu’ils en ont besoin

les chaînes aux cous aux poignets aux chevilles

et à l’esprit ont disparu

ou presque

 

mon regard est devenu leur drapeau

un hymne à la vie

ma souffrance est plus légère lorsque je pense à ceux qui ont permis

mon existence

 

chaque petite fatigue est une douleur un grain de sable

la haine et le mépris

ont été rongés

 

derrière ma colère se trouve tout le courage de mes ancêtres de Zanzibar

 

mon regard se pose sur les tuiles argentées que la lune dessine sur la vague

 à chaque déplacement

ces hommes en mouvement qui me ressemblent tant

 

je suis le mouvement

partout

même lorsque le sommeil apparaît

mes yeux bougent

ma poitrine monte et descend

mon cœur bat

il bat pour un rêve utile

mes yeux bougent à nouveau puis

se ferment

 

c’est le temps de la liberté

en silence

je me laisse happer par la beauté des lieux

ça n’a pas de prix

mes sens ont retrouvé leur fonction première

celle qui donne vie à ce qui est

 et me touche au plus profond de mon être

 

Nawé

sadia zanzibar