Piste d'écriture: un texte devant comporter 4 éléments, un lieu, un objet, un personnage, un moment.

Chez le véto, un carton à dessin, une fillette à rollers, midi

Elle a fait un bruit d’enfer en parcourant le couloir. On aurait dit un train passant sous un tunnel. Elle transportait son chat dans son sac à dos. Un sac à dos spécial, avec une sorte de fenêtre en grillage de nylon. Elle ne fut pas sitôt assise que le véto vint la chercher.

— Dépêchons-nous, il est midi.

Elle se redressa d’un bond sur ses rollers en retirant ses écouteurs de ses oreilles.

— Ah ! C’est ça !

— Ça quoi ? se rebiffa-t-elle.

— Ce vacarme dans mon couloir.

— Excusez-moi. Elle vous plaît pas, ma musique ? J’avais mis mes écouteurs pour qu’on l’entende pas.

— Ta musique, je ne sais pas, mais tes rollers, ils déménagent !

Elle haussa les épaules.

— Bon, alors, ce chat, qu’est-ce qu’il lui arrive ?

Elle déposa son sac sur la table d’examen et l’ouvrit. Une petite tête prudente apparut. Rien ne suivit. Le vétérinaire plongea les mains à l’intérieur du sac et attrapa Mistigris. C’était une petite boule de poils gris prolongée de quatre pattes aux extrémités noires. Le véto le posa sur la table. Mistigris se retourna vers le sac et tenta de l’atteindre. Il boitait.

— Vous voyez ? Je l’ai vu en haut du tilleul. Il y avait un nid et il s’en approchait quand les deux parents oiseaux sont arrivés en piaillant et en agitant les ailes autour de lui. Il était tétanisé au début, et après, il a regardé en bas et a sauté. Est-ce qu’il s’est cassé la patte ?

Le véto tâta la patte douloureuse, avec légèreté. Mistigris tressauta.

— Ce n’est pas très grave. Il a un genre de bosse. Un hématome. Il a dû se cogner sur une branche en tombant.

— C’est vrai, il m’a fait peur. Il y avait une branche sur son parcours et il a rebondi dessus.

— On va arranger ça. De quand datent ses derniers vaccins ?

— Heu…

— Bon, attends là, je vais chercher son dossier dans mon bureau.

La fillette attrapa son chat et le tint serré contre elle. Elle attendit comme ça un moment. Et puis, elle avisa un carton à dessin appuyé contre le mur qui lui faisait face. Elle se leva, Mistigris dans les bras, et regarda ce carton à dessin. Qu’est-ce qui se cachait là-dedans ? Elle se rassit sagement. Que faisait ce véto qui ne revenait pas ? N’y tenant plus, elle s’approcha du mystérieux carton. Il était fermé par des tresses noires attachées en boucles. La gamine, son chat sous un bras, tira sur une tresse, sur la deuxième et la troisième. Le carton s’ouvrit en un grand plac ! Des feuilles couvertes de dessins s’en échappèrent. La fillette hurla, les deux mains sur la bouche. Mistigris tomba sur le sol en miaulant.

— Qu’est-ce que c’est que ce chahut ! s’exclama le véto qui arrivait, le fameux dossier à la main.

Tous les dessins étaient éparpillés sur le carrelage et la fillette tournait autour sur ses rollers qui faisaient un bruit assourdissant.

— C’est horrible ! s’époumonna-t-elle. Tous ces animaux écorchés ! Vous êtes un monstre ! Un vampire, peut-être !

Le véto ramassa les dessins.

— Voilà ce qui arrive aux enfants trop curieux. Tu n’aurais pas dû ouvrir ce carton. Ce sont tous mes croquis d’étude d’anatomie animale, c’est tout.

La fillette se calma.

— Assieds-toi là, lui dit le véto en approchant une chaise. Mais où est ton chat ?

— Mistigris ? Ouin !!! Il a disparu.

Et voilà le véto et la fillette à quatre pattes en train de chercher le chaton dans tous les recoins du cabinet.

Soudain, un faible miaou filtra, mais il fut si faible et si bref qu’ils ne purent le localiser.

— Ne bouge plus, intima le véto.

La fillette, essuya ses larmes et dressa l’oreille.

Un deuxième miaulement se fit entendre. Il venait du placard à médicaments. La fillette et le véto observèrent attentivement le meuble. Un troisième miaulement sortit du bas. Le dernier tiroir était entrouvert. Le véto l’ouvrit complètement. Mistigris s’était réfugié tout au fond, les oreilles en arrière et le poil hérissé.

Le véto l’attrapa par la peau du coup et l’installa sur la table afin de lui administrer ses vaccins.

— Tu es comme ton chat, se moqua le véto. Ta curiosité te joue des tours. Lui va certainement se souvenir de sa mésaventure et prendra plus de précautions la prochaine fois. Et toi, rappelle-toi bien qu’elle peut te réserver des surprises désagréables.