–-On, on, on… n’a pas les codes, dit Frédéric. (C’est le jeune collègue de Xavier à l’agence, il bégaye un peu).

–-Non, on n’a pas les codes, Frédéric, répéta Xavier.

–-Qu’est-ce que, qu’est-ce que… ça peut être ?

Les deux hommes se tenaient debout chacun d’un côté de la caisse posée à même le sol. – Tant que l’on n’a pas ouvert les cadenas, on ne peut pas savoir, Frédéric. –-Il faudrait une, une, une… disqueuse pour les scier, fit le stagiaire. –-Nous n’avons pas de disqueuse et nous n’allons pas en acheter une uniquement pour ça. Le visage de Xavier s’éclaira. –-Il nous faudrait un serrurier, dit-il. –-Oui… soupira Xavier, il y en avait un dans le temps mais il est parti. Ils restèrent une longue minute dans le silence. –-Je vais aller voir Claude, trancha Xavier, il aura peut-être une idée.

L’antiquaire situé à quelques numéros de l’agence possédait son enseigne depuis bien avant l’arrivée de Xavier dans la rue. Contrairement à ce que suggérait le nom de son magasin, « Sourire du passé », son propriétaire ne souriait plus du tout. Son chiffre d’affaires était en chute libre : plus personne ne s’intéressait aux tabatières, tire-bouchons anciens, vieux miroirs au mercure, encriers de cristal ou tables de chevet en bois de rose. Ces objets ne suscitaient pas l’intérêt des nouvelles générations et les rares collectionneurs qui continuaient de les chiner se les procuraient à moindre prix sur eBay. Claude était proche de la retraite et ne parlait désormais plus que des oliviers de sa propriété du Midi dans laquelle il s’installerait l’année suivante. Il continuait à ouvrir son magasin tous les jours pour faire, selon son expression, « des heures de présence ». –-C’est un leurre, murmura-t-il. –-Un leurre ? reprit Xavier. La caisse rectangulaire était posée sur le bureau du marchand, qui observait l’un des cadenas avec une loupe de bijoutier coincée en matière de monocle dans son œil droit. – Les codes tournent à vide, reprit-il, c’est bien foutu… on s’y tromperait. Ça veut dire qu’il y a un secret… Je ne comprends pas pourquoi chaque cadenas comporte une fleur de lys en relief au revers. Pourquoi l’emblème du roi ? Attends… Il se leva pour se saisir d’un ancien porte-plume posé » dans sa vitrine et reprit son ouvrage en grattant l’une des fleurs de lys de la pointe d’une plume d’acier sergent-major. – Passe-moi l’huile, dit-il. Xavier lui tendit un flacon d’huile d’armurier, qu’il avait sorti pour brosser l’un des cadenas. L’antiquaire en déposa une goutte sur un chiffon, puis le passa sur l’emblème royale.

–-Je l’ai ! s’écria Claude.

–-Tu as trouvé ? demanda Xavier.

–-Les fleurs… c’est là qu’est le secret, elles basculent à droite.

Il fit pivoter du bout de l’ongle de son pouce la fleur de lys du premier cadenas et celui-ci s’ouvrit dans un claquement. Puis il répéta l’opération sur les deux autres qui claquèrent à l’identique. Les trois cadenas avaient cédé. Il se leva de son fauteuil et ouvrit la caisse sur son bureau.

Tous deux restèrent silencieux devant son contenu.

–-Qu’est-ce que c’est ?

–-Un télescope, lâcha l’antiquaire. Un très vieux télescope.

Extrait de Les Caprices d’un astre, d’Antoine Laurain, Flammarion 2022.

Evidemment, après avoir tant cherché et percé le secret du contenant, Xavier va s’attacher au contenu : il va installer le télescope sur sa terrasse, après l’avoir soigneusement nettoyé. Quand on sait que l’astre en question est Vénus, on peut imaginer que la suite de ses tribulations le rapprochera d’une rencontre amoureuse. Mais pas que…Il va se renseigner à propos du précédent propriétaire de ce télescope, et découvrir ses incroyables voyages.

Pistes d’écriture :

- Imaginer la découverte d’un contenant mystérieux, dont le contenu va se révéler comme un outil précieux pour votre personnage. Raconter sans sauter les étapes, où, comment, qui va aider à l’ouvrir, et comment le personnage ou son entourage va s’attacher à ce contenu. Si vous avez le temps, racontez comment cela va influer sur l’existence de votre personnage. (Ou bien, commencez par raconter cela).

- Raconter, à travers une recherche, ou une quête, un contexte.

- Imaginer la suite, en gardant à Xavier son caractère mi-mélancolique (il sort d’un divorce) mi-amusé. Ou au contraire, donnez-lui un caractère tragique. Au lieu de Vénus, mettez-le sous le signe de Saturne.

les caprices d'un astre