21 décembre 2017

Quelques débuts, à vos stylos!

  Quelques débuts…   Les déceptions sentimentales permettent de développer certaines aptitudes. N passa maître dans l’art de rentrer chez lui[1]. On raconte souvent des histoires aux enfants pour les endormir. On ne devrait jamais vouloir endormir les enfants, on devrait vouloir les éveiller.[2] Vingt-deux heures. Les dossiers en cours sont bouclés. Je m’étire, le regard perdu dans le vide. La nuit est tombée d’un coup sur la ville, noire[3]. Il est six heures. La lumière du jour s’infiltre déjà dans la chambre,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2017

Jasmine au couteau suisse, par Marion Paulet

  D'après une phrase déclencheuse: Elle était là, une orange dans une main et dans l'autre, son couteau...   Elle était là, une orange dans une main et dans l’autre, son vieux couteau de cuisine dont elle ne se séparait jamais…en cuisine, bien sûr. Quoi qu’en y réfléchissant, elle développait depuis toujours une passion pour les couteaux, pour tout ce qui coupe en général! Je la connaissais depuis l’enfance, Jasmine, car nous avions grandi ensemble dans cette grande maison de famille dont je connaissais tous les... [Lire la suite]
05 janvier 2016

Le vert me va si bien, par Lea Walsh

  Ce texte est né d'une phrase "déclencheuse", ici au début du texte.  Deux appels incontournables. L’un routinier. L’autre me terrifie. Je dois appeler le site toutachat.com pour changer une chaise de bureau que je viens de recevoir. Je la voulais noire et elle est arrivée vert pomme… Le premier achat que j’ai jamais osé faire sur internet ! Des années sans me risquer, je me lance et voilà, belle réussite ! Pas le choix, tout est noir chez moi, je dois les contacter… Et quand ce sera fait, j’appellerai David,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 septembre 2015

Assis, au bord du matin qui passe, par Frédérique

 Piste d'écriture: un début, "Assis au bord du matin qui passe". Ce texte a été écrit en juin, lors d'une des dernières séances de l'atelier de l'an dernier, mais je le trouve inspirant pour débuter cette nouvelle saison. Merci à Frédérique! Carole. Assis au bord du matin qui passe, Octave s’interroge. Il a le choix. Longer l’allée de platanes ou bien prendre tout droit, le sentier des marronniers. Autre possibilité : tourner à gauche, couper à travers champs. Il opte pour la vieille route de ses habitudes. Ce champ de... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 19:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
21 juin 2015

Tiens bon, petite ! par Sylvie Albert

Piste d'écriture: l'incipit d'un roman. C’est la nuit, et comme chaque nuit, je me lève, me hisse sur une chaise, ouvre ma fenêtre, puis m’accoude à la pierre, et contemple le dehors. Il fait froid et on m’a recommandé de ne pas ouvrir la fenêtre la nuit. Mais cela fait un certain temps que je n’écoute plus les recommandations des adultes. Recommandations qui sont soi-disant faites pour notre bien, mais qui la plupart du temps ne font que brimer, interdire. Les adultes ont pour le plus grand nombre oublié le besoin que nous avons,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 juin 2015

Définitif? par Jacqueline Chauvet-Poggi

  Piste d'écriture: l'incipit d'un roman, qui ici se retrouve à la fin de la nouvelle.  DÉFINITIF ? VOUS AVEZ DIT DÉFINITIF ?             Il y a un mot dans la langue française que je n’ai jamais lu ou entendu sans frémir : DÉFINITIF. Ça veut dire quoi, définitif ?               Si une porte est fermée définitivement, vous ne pourrez jamais entrer ni sortir pour voir ce qu’il y a... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 juin 2015

Questions de vie, par Aline Marty

Piste d'écriture: une phrase debut. Là c’est fini, maintenant c’est fini.L’enfant arrêta de pleurer.Cela ne servirait à rien, ni dans le présent ni dans l’avenir. Toutes ces choses stupides qu’elle entendait dire, et parfois même répéter, d’une façon monotone et ennuyeuse. Il fallait qu’elle puisse se rassurer elle-même, car personne ne l’aiderait. L’autre (la mère) ferait toujours faire la même non-réponse à ses questions. Bien sûr… !À croire que ce monde n’appartenait qu’à elle (la mère), pour faire penser à tous et à toutes... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 avril 2012

Comme si..., me dit ma voisine, par Chantal Joanny

Une proposition d'écriture, née de la lecture d'une nouvelle d'Annie Saumont, "Equateur", parue dans le recueil "Un soir à la maison": et si on commençait notre texte avec un "Comme si"? Et si, en plus, on jouait avec les rythmes, comme sait si bien le faire Annie Saumont? Voici un texte poétique de Chantal. "Comme si..." me dit ma voisine Comme si j'étais me dit ma voisine. Peut-être aussi comme si j'étais sa sœur perdue dans ses premières années et qui respirait en moi, ou plutôt que ma sœur qui n'a jamais existé se reflèterait... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 12:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
27 avril 2012

Comme si de rien n'était... par Sonia

Toujours la même règle du jeu, débuter par "Comme si" et s'autoriser à jouer avec les rythmes. Un texte tout en émotion contenue.   Comme si  de rien n’était. Ce grand portrait d’enfant dans la salle à manger. Pas de nom. Pas d’interrogation. Il est là, c’est tout.  Une décoration. Point à la ligne. Elle a 14 ans. Un soir, ses parents sortent pour se rendre à l’une de leurs réunions habituelles, ras-le-bol de leurs réunions, se dit-elle, je reste seule face à mes devoirs de la semaine, je n’aime pas être seule le... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 novembre 2011

Bon gré, magrets, par Jean-Claude Boyrie

« Au bout du chemin », épisode n°11 : « Bon gré, magrets ».   Bon gré, magrets.   Le ciel s'obscurcit. L'orage menace, mais bizarrement Mathilde est sereine. Appliquée, le sourire aux lèvres, elle frotte avec un chiffon de cuisine rose la lame tranchante d'une feuille de boucher.  Cet outil insolite, au manche oblong, bien affûté, tranche (c'est le cas de le dire) au milieu d'une batterie de cuisine sage et parfaitement astiquée. C'est la note discordante de la partition, le grain de sable dans les... [Lire la suite]