01 octobre 2021

Un prince charmant, par Florie

Piste d'écriture: raconter, avec notre regard d'aujourd'hui, un souvenir ancien.            Sonia était ma meilleure amie depuis le Cours Préparatoire. Toutes deux un peu marginales, nous nous sommes naturellement rapprochées au fil des années pour former une paire inséparable, moi la petite aveugle, elle la gamine des cités dans une école de campagne, qui avait redoublé deux fois et avait donc deux ans de plus que tous les autres. Quand j’avais neuf ans, elle en avait onze. Elle ne... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 avril 2021

Journal d'une artiste secrète, par Florie

 Piste d'écriture: le secret, terreau de son jardin créatif, ou piège? Florie a poursuivi à partir de l'extrait du texte de Jessie Burton, Les filles au lion, dont voici la dernière la phrase: "Une partie de son problème venait du fait qu'Olive avait toujours été habituée au secret : c’était là qu’elle se sentait à l’aise, le stade à partir duquel elle commençait à créer. C’était un schéma que la superstition l’empêchait de briser." 14 juin 1930 Je m’appelle Olive, j’ai 13 ans. J’ai trouvé ce carnet dans la petite... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 avril 2021

La princesse et le croquenote, par Florie

Piste d'écriture: une rencontre dans un jardin (ou un parc)              Sa housse sur le dos, il franchit d’un pas traînant les grilles du parc de la Liberté, un nom banal pour un jardin public tout aussi banal. Des allées gravillonnées, des bancs en bois peints en vert à une époque lointaine, de grands arbres qui ressemblent à tous les grands arbres, il n’y connaît absolument rien en botanique et il s’en fiche pas mal, des pelouses bien tondues où s’étendent des... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 avril 2021

Chasseurs de fantômes (2), par Florie

      Piste d'écriture: les odeurs, leur puissance d'évocation             Une odeur de poussière, d’humidité et de moisissure nous a saisis à la gorge sitôt le seuil franchi. Les faisceaux des lampes semblaient déchirer des voiles argentés constitués de poussière et de toiles d’araignées. Nous avons fait quelques pas qui ont résonné sinistrement dans la maison vide, puis Fabrice a repoussé la porte qui, en se fermant, a produit un bruit sourd et inquiétant qui a fait vibrer... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
31 mars 2021

Les chasseurs de fantômes (1) par Florie

Piste d'écriture: créer un sas d'un univers à l'autre             Minuit ; l’heure du crime, des sorcières, des fantômes… Le simple fait que le rendez-vous ait été fixé à cette heure avait fini de me convaincre. Le ciel était indigo, piqueté de quelques étoiles lorsque les nuages daignaient leur faire un peu de place. ; le vent faisait murmurer la haie du jardin et me gratifiait de caresses fraîches parfumées à la terre humide et aux fleurs printanières. Vêtu d’un... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 mars 2021

La sirène et autres chimères, par Florie

Piste d'écriture: quand la vie dérape. Inspiré par le début de « Le bonheur aurait-il des nageoires ? » de Sophie Dabat, éd. Pygmalion, 2019 Blanche se laissa glisser dans la fraîcheur liquide, persuadée que tout allait bien se passer. Mais au lieu de flotter, le poids de sa queue la fit aussitôt couler. Sans avoir eu le temps de prendre sa respiration, elle se retrouva la tête sous l’eau, battant désespérément des bras tandis que son costume aux écailles irisées vertes et bleues s’enfonçait dans les profondeurs avec... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 février 2021

Fidèle et Hardi, par Florie

Piste d’écriture : le début des Lettres des Iles Baladar, de J. Prévert, où l'on comprend que nommer et surnommer, c’est s'approprier et créer une relation. Elio était un marin encore plus hardi que les autres. S’il n’éprouvait pas plus que ses confrères le désir de faire naufrage tous les jours, il ressentait cependant une fascination sans égale pour les îles Baladar, une fascination que d’aucuns auraient jugée maladive. Bien que ne s’appelant pas d’Aucun, puisque ses parents avaient préféré Gertrude, la femme d’Elio... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 février 2021

Dégringoler et autres mots que j'aime, par Florie

Inspiré par Anne Sylvestre, Coquelicots et autres mots que j’aime, Anne Sylvestre, éd. Points, collection Le goût des mots, 2014 Dégringoler Quatre syllabes qui cascadent et s’entrechoquent ; quatre syllabes qui roulent et qui culbutent. Tout part de ce dé, plat et tranquille, et puis boum ! Voilà qu’arrive le grin, comme un grain dans l’engrenage. Le pied s’y accroche et c’est parti pour le roulé-boulé du goler goler. Cela dit, le goler, c’est le même que celui de rigoler. Il nous rappelle quand même bien que la... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
20 décembre 2020

Quatre coeurs au bord de l'eau, par Florie

Piste d'écriture: plusieurs photos de Daniel Mordzinski. Ici, 4 ont été combinées entre elles pour créer une histoire, et plusieurs regards. Nicolas Je suis arrivé en avance, comme toujours. Vaste sujet de débat stérile entre nous, débuté le jour de notre rencontre et que nous ne sommes jamais parvenus à épuiser. Ça me manquera, ça aussi, nos petites querelles, les fausses, celles qui étaient notre scène de théâtre rien qu’à nous. N’était-ce vraiment que cela, un jeu ? A présent, je me le demande. Ses retards perpétuels que... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 décembre 2020

Un rêve patchwork (2), par Florie

Nous courons jusqu’à la porte d’entrée, pénétrons en trombe dans la maison. Je remarque immédiatement la lumière éblouissante qui provient de ma chambre, ma chambre de petite fille, et je sais avant même d’avoir franchi l’angle du couloir de quoi il retourne. Je le sais parce que je l’ai vu trop souvent. C’est étrange comme, même sans avoir aucun souvenir de nos autres rêves, on est instantanément capable dans le monde onirique de reconnaître un élément récurrent, en particulier quand il s’agit d’un élément déplaisant. Ma chambre... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,