22 mars 2020

Quincea-Shop, par Michelle Jolly

Piste d'écriture: cette  photo de Eniac Martinez. Imaginez la situation dans laquelle la photo a été prise, et racontez en faisant alterner les points de vue. La voisine d’en face  « Enfin ! Il l’a sa quinceañera, Gabriele, depuis le temps qu’il en parle ! c’est vrai que Mélissa est sa seule fille, après trois garçons !   Maintenant c’est un père comblé ; regardez-le comme il est fier là-haut entre ses deux fils ! Droits dans leurs beaux costumes, que j’ai prêtés à Indira, la pauvre,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mars 2020

Licorne, par Michelle Jolly

Piste d'écriture: nos passions colorent notre monde intérieur, et imprègnent notre vision...   Matin :  Lili a pleuré cette nuit, mon petit bout, ses yeux sont pleins de fièvre, ne quitte pas ma main…. Pas d’école aujourd’hui. Midi : je lui ai fait une crème vanille, elle dit non de la tête, une boule s’accroche à ma gorge. Soir : Anna est rentrée, a pris la relève, Lili dort, je pars travailler… Bas noirs, talons aiguilles, masque, et mon accordéon pour faire danser la rue !   Matin : Lili a bien... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
03 mars 2020

Errance, par Michelle Jolly

Piste d'écriture: la première phrase, tirée d'un livre de Ruiz Zalfon, Marina.  En mai 1980 j’ai disparu du monde durant trois jours, nul n’a su où j’étais ; j’errais à la gare, un agent s’est approché de moi, m’a questionné avec des précautions de Série Noire, j’avais envie de rire et de pleurer… Puis l’on s’est assis sur un banc, il était silencieux, je n’avais rien à lui dire, à quoi bon, il ne m’aurait pas cru, comme les autres. En fuyant la pension, je grimpai, assez loin, jusqu’au sentier de la Dent du Chat ;... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 février 2020

Steph... par Michelle Jolly

Piste d'écriture: un déménagement. Il ne reste que trois jours, trois jours pleins à ras bords, les cartons, ne sont pas finis, le tri, le rangement de la chambre, du bureau, de la douche…. Steph s’en va ; il a été pendant trois ans notre ami, notre frère, notre adversaire au jeu de cartes, parfois cuisinier, hélas… Steph l’imprévu, le romantique, le copain de sixième, entré en FacEco ici, trop loin de chez lui, vivant avec nous.  « N’oublie pas les fossiles ! » me crie-t-il, chaque étagère de la chambre... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 décembre 2019

Petites annonces, par Michelle Jolly

Petites annonces de fin d'année : 1)     Recherche   :  le «  bon sens » ! a disparu,  où est il passé ? pitié ! retrouvez le, sans lui on perd le nord…   2)    Propose   :  le cachot , à vie pour un certain Facebook  qui viole mon ordi !!! 3)    Offre   :  quelques euros à quiconque viendra chez moi ranger : papiers, vêtements, livres, objets sans jeter, surtout sans jeter…... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 12:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 décembre 2019

Tu m'es indispensable... par Michelle Jolly

  C’est terrible de résister à quelqu’un qui vous fait croire chaque jour que vous lui êtes indispensable… Jane était une belle femme, disait-on, beauté froide, traits réguliers, peu de fantaisies à part quelques folies vestimentaires, qu’elle hésitait à porter, peur du qu’en dira-t-on. Mariée tôt, à un homme discret et tendre, elle accoucha à vingt ans d’une petite fille, Marie, accouchement difficile, dont elle aimait parler, pour attirer la compassion… Marie grandit, surprotégée par une mère attentive et un père caressant,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 novembre 2019

Au profond du Grand Causse, par Michelle Jolly

Piste d'écriture: nous faire vivre un paysage, par les sons, le rythme, inventer des mots et des mondes...  C’était là-haut, une semaine à errer sur le Grand Causse, dans le Grand Causse ! Au plus profond de ses entrailles. Fin d’été, les arbres rougissent, la roche est sèche, brûle encore car le soleil tarde à partir ; le sentier est confortable pour les chèvres, un peu étroit pour nous, mais je résiste, ne dis rien car je veux avancer : j’ai le vertige……         ... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 avril 2019

Inspiré du cheval, par Michelle Jolly

Piste d'écriture: des photos d'Andy Summers (Pavillon populaire, Montpellier, 2019)   « Je n’ai pas compris hier matin, l’homme est arrivé comme chaque jour, mais seul, elle, n’était pas là, sa natte blonde me manqua ; lui, malgré l’heure matinale, était vêtu de son pantalon à trous, ses éternelles bottes noires, le torse nu, et la chevelure désordonnée… Que lui arrivait-il ? Il décrocha les guides et la selle, me les jeta sur le dos, sans sa tape douce habituelle, puis dit : « allons » et... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 février 2019

Loïc de..., par Michelle Jolly

Piste d'écriture: Mettez votre personnage au défi.  Loïc s’installa sur un banc, mais, brutalement, se leva, pour éviter deux étudiantes qui s’écroulaient près de lui en riant ; plus loin il prit une chaise, la traina à l’écart, sous un arbre, il s’assit et sortit son livre… « La confusion des sentiments »de Zweig, il aimait cette histoire, Mère n’aurait pas apprécié, il sourit en y pensant, et se dit que la bibliothèque de l’école avait de belles trouvailles et lui d’astucieuses cachettes !  Il... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 janvier 2019

Il était là... par Michelle Jolly

Piste d'écriture: d'après la chanson de Lhassa, Confession, penser à un personnage en termes de contradiction, voire de paradoxe. Il était là, debout, appuyé contre le marbre de la cheminée ; elle ne le regardait pas, les yeux dans le vague, ou dans un monde bien loin d’eux. Il venait de lui annoncer son départ, où ? il ne savait pas encore, mais il voulait partir, impératif, il s’expliquai, froid et dur : « Essaie de comprendre, on s’est mariés trop jeunes, deux enfants tout de suite, c’est lourd, trop... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,