24 avril 2019

La déflagration (2), par Nyckie Alause

LA DEFLAGRATION (2)  La salle du café est presque vide, la télé fonctionne sans le son. Un jukebox à l’ancienne passe un morceau cool. Les deux couples se sont assis sans se lâcher la main. Lui, l’homme d’un certain âge, répète c’est fini, c’est fini. Il passe une main vigoureuse dans ses cheveux pour les réarranger mais s’en échappe de la poussière. Liane et Léon, les jeunes gens, frémissent. Des traces sombres marquent leurs visages, des égratignures sanguinolentes strient leurs avant-bras. Leurs narines comme guidées par la... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 avril 2019

La déflagration (1), par Nyckie Alause

  Piste d'écriture: un évènement (ou une situation) dont on pourrait ne pas revenir. LA DEFLAGRATION   Ce titre que je donne au papier je ne l’ai écrit qu’après avoir commencé à raconter. C’est pourtant ce qui s’est produit, une déflagration, et personne sur le moment n’y a réagi de la même manière. Je marchais sur le trottoir de gauche, en plein soleil, un peu ébloui par son reflet à l’intérieur de mes lunettes, par la difficulté à percevoir les ombres portées longues et mouvantes devant mes pieds. Il devait... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 avril 2019

Emilienne, par Nyckie Alause

Piste d'écriture: photos d'Andy Summers (exposition au Pavillon populaire, Montpellier, 2019)  Emilienne, depuis qu’elle s’est assise sur ce banc, n’a pas osé se lever et s’éloigner de ses affaires. A sa décharge, elle a passé tant de temps, une partie de la nuit, à s’installer. Quatre étages quand même, à monter et à descendre les bras engourdis par le poids de ses sacs plastique, du fauteuil pliant au tissu blanchi par le soleil, de sa seule valise dont un des deux clips de fermeture ne tient plus. Sous l’escalier de... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 février 2019

Exit, par Nyckie Alause

Piste d'écriture : relever un défi. Eve est à peine arrivée que déjà la classe s’agite. Marcel et Germain se murmurent des mots qui les font regarder derrière eux. Enfin, s’ils se retournent c’est bien pour la regarder elle, elle qui ne se rend compte de rien. Sur la rangée de droite, celle plutôt habitée par les filles populaires, ça se tape sur l’épaule, ça se passe de petits papiers pliés en quatre, à croire que les messages étaient écrits avant même qu’Eve soit entrée dans la classe, ça se pousse du coude et ça ricane un peu... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 janvier 2019

Noël de cette année, par Nyckie Alause

Piste d'écriture: d'après la chanson de Lhassa, Confession, penser à un personnage en termes de contradiction, voire de paradoxe.  Je n’aime pas les enfants. Voilà, c’est dit ! Est-ce ma faute si mes parents m’ont prénommé Noël? Heureusement les allusions au grand homme, disons plutôt au grand personnage, n’arrivaient pas dans les cours d’école avant le début du mois de décembre. Selon l’imagination et la créativité de chacun cela pouvait aller de « tu es son fils, tu seras le premier servi… » à « ta mère, c’est... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 janvier 2018

Rêves, par Nyckie Alause

Piste d'écriture: comment écrire le rêve (et son éventuel impact sur notre vie diurne?). Des cartes éditées par Tubographe Editions ( www.tubographeditions.fr) nous ont aidés. Rêve numéro 666. LE SILENCE La pièce est « ombrageusement » silencieuse. Ai-je moi-même remonté le rabat du drap juste par-dessus ma tête ? Est-ce moi qui suis cachée au fond du lit ou une autre ? Tant que je ne me résous pas à ouvrir mes paupières, je n’en sais rien. Et ce mot que j’emploie, « ombrageusement », est-il approprié à la... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 novembre 2017

L'armoire, par Nyckie Alause

Piste d'écriture: les photos de Ed van der Elsken (expo La vie folle, musée du Jeu de Paume, Paris 2017) Ce matin le jour a du mal à s’installer, à prendre sa place dans la ville. Alors pour ce qui est de traverser les carreaux de ma fenêtre sur cour, il n’y aucun espoir que cela se produise avant des heures. Souvent, aux alentours de midi et demi, un rayon parvient à éclairer le mur de la chambre, à peine plus qu’un instant. Et cela même n’arrive qu’entre le dix octobre et le vingt-huit novembre, et un peu au printemps. Autant... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 octobre 2017

Chien noir, par Nyckie Alause

Piste d'écriture: écrire le mouvement, à partir d'extraits de Laurent Mauvigner (Continuer, ed de Minuit, 2016). La première phrase de ce texte en fait partie.   Ils ont pris la belle habitude, le soir, selon l’endroit où ils se trouvent, s’il n’y a pas trop d’obstacles, de poser leurs chaussures au bord du chemin et se mettre à courir. Ils viennent de le faire, se déchausser. Jeanne a posé ses chaussettes comme des oiseaux tombés du nid sur ses Pataugas aux lacets brunis de poussière. Luis, lui, a réussi à tout quitter d’un... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 avril 2017

Ariane sur son chemin, par Nyckie Alause

Ariane est la grand-mère d'Eloïse, la fillette qui a vraiment du mal à parler encore à sa maman... Pour relire ce texte, cliquez ici. Ariane n’a pas vu sa famille depuis longtemps, depuis vraiment longtemps. Quand elle pense à sa fille, elle la voit à dix ans, à vingt ans, encore à vingt ans et après elle ne la voit plus, physiquement. Plusieurs fois elle lui écrit. Elle aurait dû poster ses lettres. Elle a tenté de la joindre au téléphone pour ne laisser sur le répondeur qu’un message tellement laconique que sa fille ne l’a... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 mars 2017

Eloïse, par Nyckie Alause

Piste d'écriture: un contexte, les courses pour la rentrée scolaire. Et une rencontre qui vient tout bouleverser.   Eloïse ne donne plus la main à Maman depuis qu’elle est entrée en cinquième. Non plus. Elle ne l’embrasse plus. Non plus. « On s’est moqué de toi ? » demande Maman qui ne comprend pas. Eloïse regarde ses pieds, hausse les épaules, souffle à grand Pfff! — Enfin, fais un effort, dis quelque chose. A force de hausser les épaules et de baisser la tête, tu vas te transformer en hérisson. Il sera... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :