19 novembre 2019

Une fantaisie du vieux piano, par Bernard Delzons

Piste d'écriture: la vie vue par des objets.  Ça faisait des années que j’étais dans cette maison. La petite Alicia devait avoir cinq ans. Un jeune homme est venu, l’a assise sur le tabouret et lui a montré comment appuyer sur touches pour faire sortir des sons. Immédiatement une grande harmonie s’installa entre nous. Mais c’était il y a bien longtemps. La jeune fille est partie à l’université, puis elle s’est mariée et aujourd’hui, elle attend un bébé. Ses parents ont décidé de se débarrasser de moi et de mon tabouret. Ils... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 21:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 novembre 2019

Quelques pistes d'écriture...

Piste d'écriture du mardi 19 novembre 2019 : Une rencontre magnétique. Texte support : un extrait de "Il faut beaucoup aimer les hommes", de Marie Darrieussecq, P.O.L. 2013 Piste d'écriture du mardi 12 novembre : Faire ressentir des relations complexes, fusionnelles ou ambivalentes. Texte support : "Assassine de la nuit", d'Arthur H. Piste d'écriture du mardi 5 nov : Dialogue ou confrontation entre l'univers intérieur de votre personnage, et l'univers "réel". Texte support : un extrait de Les Pérégrins, d'Olga Tokarczuk (ed Noir... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2019

Ma vie, une sinécure ? par Sylvie Albert

Piste d’écriture : adopter le point de vue d’un objet et observer les humains.   Ma vie, une sinécure ?   C’est rare que j’aie la paix plus d’une heure. Il faut tout le temps qu’ELLE m’attrape, me tripote, me suçote ou tout simplement me tienne entre ses doigts. J’ai le sentiment d’une urgence, d’un besoin vital, cela dépasse réellement le cadre d’une simple envie, d’un caprice. Lorsque je suis bien luné, je me dis même que je suis un prolongement essentiel de sa main droite. Quand j’ai par contre besoin de... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
03 novembre 2019

Au profond du Grand Causse, par Michelle Jolly

Piste d'écriture: nous faire vivre un paysage, par les sons, le rythme, inventer des mots et des mondes...  C’était là-haut, une semaine à errer sur le Grand Causse, dans le Grand Causse ! Au plus profond de ses entrailles. Fin d’été, les arbres rougissent, la roche est sèche, brûle encore car le soleil tarde à partir ; le sentier est confortable pour les chèvres, un peu étroit pour nous, mais je résiste, ne dis rien car je veux avancer : j’ai le vertige……         ... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 novembre 2019

Stage scénario/nouvelles: Construire un monde, raconter un contexte, 17 novembre

Dimanche 17 novembre 2019, de 10h-17h, l'atelier d'écrits propose:  Construire un monde, raconter un contexte, en action (Mad Max: Fury road / Les Furtifs) Ecrire un scénario, une nouvelle, ou simplement faire naître des idées ? Dans ces stages, nous explorons les différences et complémentarités de ces deux arts mis côte à côte, en nous appuyant sur des exemples, ici des œuvres de George Miller et d'Alain Damasio, qui ont développé des façons différentes de nous plonger dans leur univers.    ... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 09:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 novembre 2019

L'épiphanie de Madeleine (2), par Nyckie Alause

 Une suite... toujours inspirée par les Portraits de Bioulès. II. Madeleine et Gaspard   Déjà, bien que Madeleine n’ait rien prévu, la situation est en train de s’inscrire dans le temps, d’évoluer, en cette toute fin d’après-midi. — Tu as dit « déjà », mais n’est-ce pas étrange, inapproprié, d’employer ce mot ? Non, la suite de mon histoire va te démontrer que c’est le seul mot qui peut introduire cette suite à la narration précédente. J’aurais pu dire « enfin » mais j’ai craint qu’une telle... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 14:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 octobre 2019

L'épiphanie de Madeleine (1), par Nyckie Alause

Piste d'écriture: créer un ou des personnages, à partir des portraits de Vincent Bioulès. -I-      Madeleine et les rois   Jusqu’au mois de janvier dernier, je crois que c’était le 6, drôle d’Epiphanie m’a dit Gustave, j’acceptais que l’on m’appelle Madeleine. « C’est bien ton nom » me diras-tu… « Que s’est-il produit le jour des rois ? ». Eh bien… rien justement, ou disons pas grand-chose. Je crois me souvenir que j’attendais quelque chose, ou à tout le moins que j’éprouvais... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 octobre 2019

L'atelier de ce mardi 22 octobre et sa piste d'écriture

Bonjour! l'atelier est ouvert cet après-midi. Etant donné le temps, je m'attends à ce que plusieurs d'entre vous ne puissent venir jusqu'à moi... Aussi, je poste ici la piste d'écriture, afin que celles et ceux qui le souhaitent puissent y répondre bien au chaud depuis chez eux, et m'envoient les textes en fin d'après-midi ou demain.  Aversement vôtre, Carole   Un paysage vécu : Le monastère est pourpre. L’automne a lancé sur le cloître et la maison de l’évêque ses longues draperies de vigne vierge, elles mordent... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 octobre 2019

Faire un tabac, par Jean-Marc Occhuizzo

Jouer avec les sons et les expressions, à la manière de Claude Nougaro...  C’est à Belleville, avant minuit pile, avant la fermeture du Sublime, un bar tabac rempli de types hétéroclites, tenu par Julot l’anguille. Le grand Alban, cubique, se bile, y entre colérique, jette un regard oblique sur un poivrot qui lui doit deux briques.   C’est un nabot, au ras du goulot, qui avait fait mauvaise fortune au bandit manchot. Le grand, taulard en conditionnelle, fait un tabac de tous les diables dans le bar. Fier comme... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 octobre 2019

Le centaure de quinze ans, par Paul Barry

Piste d'écriture: camper un personnage via une métaphore.   Le centaure de quinze ans (Daniel, de La Place Rouge à Griffeuille, Arles, 1970)   (…) « Près du passé luisant demain est incolore » G. Apollinaire, Cortège, in Alcools.  La longue barre d'immeubles qui longeait la rue Winston Churchill formait à un endroit un décroché, une oasis carrée avec une fontaine au milieu, en retrait de la rue. Notre Place Rouge était loin de Moscou. Je ne connais toujours pas son vrai nom, mais qui le sait, à part les... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,