19 février 2011

Falaise, par Marcelle Laurent

Piste d'écriture : faire ressentir l'état d'esprit d'un personnage à travers le contexte et le paysage qui l'entoure. Ce texte a été inspiré par un passage des Déferlantes, de Claudie Galay Falaise  Elle est plantée au bord de la falaise. En bas, la mer furieuse précipite ses vagues sur les rochers. Flottement intérieur… Le regard filant à la surface de l’eau, son chignon défait, les mèches sauvages dans les yeux, elle vibre. - C’est dangereux, ce que vous faites ! Cette voix qui l’atteint, c’est celle de... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2011

Au bout du chemin, par Jacqueline Chauvet-Poggi

AU BOUT DU CHEMIN   (paroles en situation)     En l’observant attentivement on pourrait penser à Bogart. Même silhouette d’homme mûr, gabardine ceinturée couleur mastic, cigarette au coin de la lèvre. Mais qui songerait à l’observer ? Il n’a rien qui attire l’attention, un visage passe-partout, un regard éteint, aucun signe vestimentaire accrocheur, sinon ses chaussures Berlutti qui expliquent peut-être sa présence dans ce bar d’hôtel luxueux où il n’y a pour l’instant qu’une autre... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2011

Cape Cod evening... par Danièle Chauvin

  Piste d'écriture: transmettre ce qui se communique, d'un personnage à l'autre, en usant le moins possible de la parole: mettre en valeur gestes, attitudes, expressions...   Ce texte s'est inspiré de la toile d'Edward Hopper reproduite ci-contre, Cape Cod evening,  (1939)  Doris était sortie. Les bras croisés, serrés, debout dans l’angle du bow-window, elle restait là, hermétique. Wind, le colley, allait et venait, excité par les ondulations irrégulières de l’herbe ... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2011

Accession au col du bonheur: visibilité réduite. Par Danièle Geroda

Accession au col du Bonheur : visibilité réduite.   Cette robe sur mesure ! Evelyne mesurait, aujourd’hui, le travail que cela avait donné à son amie Hélène, transformée, pour l’occasion, en couturière émérite, couturière de l’inutile, pensait Evelyne, maintenant. Que d’essayages forcés, le soir venu, après que les jeunes de l’atelier aient déserté ce local. C’était là, dans cette salle exiguë respirant l’étoffe qui se déchire que les aînées, transpirant d’impatience, tiraient l’aiguille : ici pour dégager un peu ... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 février 2011

Partita pour la Saint Valentin, par Jean-Claude Boyrie

p { margin-bottom: 0.21cm; } Partita pour la saint-Valentin. « Monte là-dessus et tu verras Montmartre. ... » (Dicton populaire)   Robert Doisneau : « Un musicien sous la pluie », Paris, 1957.      Ça va comme un lundi... Pluie et brouillasse, quelle poisse ! Il fait un temps à ne pas mettre un chien dehors, ni même un chat noir, pense le peintre. Il a beau chercher fortune à Montmartre le soir, l'adage connu « Qui cherche trouve » tarde à se vérifier... L'artiste a mis son chevalet. sur le... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 février 2011

Les badauds de l'avenue B, par Roselyne Crohin

Piste d'écriture: des personnages et leur environnement, portraits croisés. Les badauds de l’avenue B Quand elle appuie sur le déclic de son appareil photo, elle sait aussitôt qu’elle tient là un cliché emblématique qui s’arrachera dans les salles de rédaction. Tendu à bout de bras, l’objectif a vu à sa place ce qui se joue là, un matin de janvier, avenue B, dans une certaine capitale.      Vers quoi convergent ces regards ? Que signifient ces mines incrédules ? Ont-ils conscience, ces badauds, d’arborer... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 février 2011

Sommeil, par Régine Vivien

Sommeil   S’assoupir devant les images qui défilent sur l’écran dans un murmure. S’éveiller dans le froid Accablé de fatigue, Se recroqueviller, capituler Devant sa lassitude, Somnoler à nouveau. Au son d’une voix, à son intonation familière, Sursauter à un nouveau réveil, Se résoudre à bouger ce corps De l'abri inconfortable Où le sommeil l’a basculé; Le décoller de son accablement, L’arracher à sa torpeur, Le lancer à l’assaut du lit Où la couette accueillante et chaude L’enveloppera d’une molle douceur, Où... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2011

Le temps et l'instant, par Yves Martin-Guillou

Le temps et l'instant : Essai sur la photographie Hommage à Willy Ronis   Si l'on se réfère à l'étymologie grecque, le photographe est littéralement celui qui écrit avec de la lumière. Il a le pouvoir de raconter en bloc, sur un rectangle de papier couvert de taches noires , grises et blanches, une histoire, une ambiance, un paysage. Ceux-ci, écrits avec les mots du romancier couvriraient plusieurs pages. La photo a fixé l'événement pour l'éternité et nous l'impose, installé dans son cadre ... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 février 2011

Tom et Emilie, par Marcelle Laurent

Proposition d'écriture: dans la vie, la communication est souvent autant affaire de gestes, d'attitudes et de regards, que de paroles. Comment rendre cela par écrit? Marcelle Laurent s'y est essayée. Tom et Emilie.    Tom, cinq ans, est assis dans le caniveau. Il arrache les mauvaises herbes qui récidivent entre les pavés. Il jette des coups d’œil par-dessus son épaule. Il prépare quelque chose. D’abord, il fait semblant de ne pas voir Emilie. C’est dur de communiquer avec elle, elle ne dit que quelques... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2011

Au bord du torrent, par Jacqueline Chauvet-Poggi

Proposition d'écriture inspirée par des extraits des Déferlantes, de Claudie Gallay: créer, entre un lieu et les émotions ressenties par les personnages, un parallèle. Au bord du torrent C’est la fin du mois d’août. Dans ce sous bois les feuilles commencent à virer au jaune d’or. On entend le murmure d’une eau vive qui cascade sur les rochers. L’air sent la terre humide. Une silhouette se faufile entre les branches basses. Il n’y a aucune trace de sentier cependant, elle a l’air de savoir où elle va. Elle marche... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]