11 novembre 2008

"Malbrouc s'en va-t-en guerre...."

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> « Malbrouc s'en va-t-en guerre.... »    Il y a si longtemps que Monsieur le Duc s'est mis en campagne qu'on ne sait s' il reviendra... ni quand il reviendra. Ce sera  peut-être à Pâques... ou à la Trinité. Nul n'a de ses nouvelles....  Pâques et la Trinité sont venues, passées, revenues, repassées.... une fois... deux fois... dix fois... huit cent ... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 novembre 2008

"Autoportrait du désespoir", par Carole Menahem-Lilin

Autoportrait. Sans visage. Sur cette gouache qui le représente, plié en deux, il pleure. Il est à peine vêtu : sous son manteau bleu, on le devine, il est nu. Il n’a pas esquissé ses propres jambes tremblantes, ses mollets cagneux, il n’empêche qu’on les voit. (Que JE les vois. Vous pas, peut-être. Ou peut-être si ?) Silence. La vitre tremble au-dessus de la reproduction. (Enfin moi il me touche, cet homme qui pleure dans son visage caché… Et il m’effraie. Il s’est peint ainsi. Il s’est PEINT… !) Il s’est... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2008

Pourquoi Aorica?, par Mireille

Pourquoi, de ce livre « les deux frères », c’est Aorica la narratrice ? Et non pas, tout simplement, J’ai la mémoire qui flanche…Je ne me souviens plus très bien… Mon cerveau n’a jamais commandé. Par mes mains seulement je me suis laissée guider. La première fois que, sur la feuille vierge, Mes doigts ont fait glisser le crayon à papier, C’était, je crois, sur la grève, à l’est de la falaise pourpre, Et je contemplais dans la mer, au bout du Cap, ces deux... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2008

Sarah

textes de Sarah sur les phrases déclencheuses
Posté par Menahem Lilin à 15:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2008

Léa : Léa

Le rendez vous était dans la forêt, au croisement du ruisseau et du long chemin qui grimpe vers la maison du garde. Je crois qu'ils étaient cinq, un était assis, l'autre dansait sous les yeux d'un troisième battant des mains; au loin, deux autres arrivaient avec des sortes d'ailes. C’était la fin du jour, tout était rouge. En m'approchant, j'ai reconnu, devant les inconnus, Vincent, Cordoue, et Mike, ils m'attendaient : je sus alors que la soirée serait belle! Vincent se leva en me voyant, tendit la main, je... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2008

Léa : Vincent

VINCENT «Tu te souviens des « Ailes du désir », Vincent, ces deux anges noirs? » « Oui,un beau film de Wanders, mais pourquoi tu me demandes ça? » C'est tout ce que Léa m'a dit avant de s'enrouler dans son châle et, comme un petit chat, de se lover dans son fauteuil. Il était tôt ce matin, quatre ou cinq heures, quand on l'a ramenée; je suis parti, sans trop de bruit. J'avais beaucoup à faire pour préparer mon prochain voyage en Thaïlande. J'ai glissé en l'embrassant un petit mot dans son corsage: « C'est peu te... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2008

Léa : Cordoue

CORDOUE Il était très tôt ce matin, quand je suis rentré chez moi, le jour arrivait avec des touches de rose sur toute la forêt qui se réveillait; notre nuit avait été gaie, et chaude. On avait beaucoup ri des histoires anciennes, Vincent nous entrainait. Il avait voulu une vraie fête, les fleurs, les bougies, la maison décorée, ce refuge où nous étions tous quatre, si souvent venus. Mike avait bu un peu trop et chavirait aux pieds de Léa, c'était la reine! Nos regards convergeaient vers elle, assise sous un... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2008

Léa : Mike, par Michelle

Mike C'était il ya trois ans, en Juin, j'en suis sûr, un an avant que j'arrête l'école; à cause des examens, on était déjà en vacances. Ma mère avait ouvert le magasin très tôt, et je suis descendu dans la réserve où elle mettait en ordre les pots et les gerbes apportés par mon père. Faut dire que mon père il est horticulteur, à la sortie de St Denis, de grands champs de fleurs; ma mère tient la boutique, porte Clignancourt, là où j'habite, je l'aide quand j'ai envie, ou quand elle crie après moi. Ce... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2008

La poitrine de ma femme, par Laurence Bourdon

Fermes et souples, les seins de ma femme sont faits pour tenir dans ma main. Ils se prêtent à toutes sortes de palpations, toutes plus agréables les unes que les autres. Je les effleure, les frôle, les serre, les presse dans des étreintes, des embrassades les plus folles. Lorsque je titille les tétons, ces derniers se dressent et les aréoles deviennent presque rugueuses, contrastant avec le velouté du reste de la peau. Chaque sein a une forme légèrement différente. Le droit est très sensiblement plus petit que le gauche, mais réagit... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2008

Départ, par Régine Vivien

La sonnerie le sortit de sa torpeur. La chambre était noire sans un bruit. Il ne se reconnut pas. Et soudain, en un instant il sut, il sut. C’était aujourd’hui qu’il devait quitter sa maison. La boite où il travaillait avait une baisse d’activité. La production allait s’arrêter. Lui , il avait encore de la chance, le patron lui avait trouvé un poste dans une succursale à Lorient. Il allait loger à l’hôtel pendant une semaine puis trouver un meublé pour les premiers mois. Bon, il était célibataire, c’était toujours ça. Il... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]