30 mars 2017

Café Central, de Roselyne Crohin

Piste d'écriture: les toiles de  Varvara Bracho     Dix neuf heures viennent de sonner non loin. On goûte enfin la douceur des premiers jours de printemps, après ces deux premières semaines d'avril bien arrosées et plutôt fraîches. Depuis trois jours, les températures frisent les 20 à 25° et les longues soirées en terrasse sont délicieuses. Elena qui vient d'un pays froid n'a pas hésité à dénuder ses blanches épaules et à revêtir une robe légère. Entre ses après-midis de lecture chez Monsieur Paul et sa... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 mars 2017

Ainsi on écrit un poème... par Carole Menahem-Lilin

Poème en écho. Les deux vers du début sont d’Ismaël Savadogo : Comme si on me suit, poème inédit offert au Printemps des poètes, www.printempsdespoetes.com   Ainsi on écrit un poème d’une certaine façon en ne l’écrivant pas   Il s’inscrit sur notre peau même à l’orée du cœur il s’inscrit. Le poème est le bois de la peur l’épiderme de la connaissance.   Par où apprends-tu, toi, par les yeux, par l'oreille,  par la main ? Moi, les leçons essentielles me furent chuchotées par la peau, par... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 12:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 mars 2017

Le vent des ormeaux, par Jean-Claude Boyrie

Déluge 18 Rachid et Zahra : « Lettres syriennes ». À Nadir, notre bien-aimé professeur du Lycée français d'Alep, actuellement en exil à Beyrouth.  Z. En ce moment, nous pensons très fort à toi, mon cher Nadir, qui fus jadis notre maître au Lycée français d'Alep. L'élite de notre ville avait coutume de scolariser ses enfants dans cet établissement , de la maternelle à la terminale et sans distinction de culture ni de religion. Nous, tes élèves, t'aimions et te vénérions comme un père. Rappelle-toi, Nadir :... [Lire la suite]
28 mars 2017

Des courses plus envoûtantes que prévu... par Sylvie Albert

Piste d’écriture : imaginer une tragédie, un drame ou une comédie à partir de la prémisse suivante : Un(e) adolescent(e) de 13 ans et sa mère doivent faire les dernières courses pour la rentrée des classes. Une rencontre fortuite au supermarché va venir tout bouleverser… Des courses plus envoûtantes que prévu…   - Bon, alors, on a sûrement tout maintenant : cahiers, classeurs, stylos, compas, tu partageras la ramette de feuilles A4 avec ton frère, et on reviendra la semaine prochaine s’il n’y a plus de... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 mars 2017

Eloïse, par Nyckie Alause

Piste d'écriture: un contexte, les courses pour la rentrée scolaire. Et une rencontre qui vient tout bouleverser.   Eloïse ne donne plus la main à Maman depuis qu’elle est entrée en cinquième. Non plus. Elle ne l’embrasse plus. Non plus. « On s’est moqué de toi ? » demande Maman qui ne comprend pas. Eloïse regarde ses pieds, hausse les épaules, souffle à grand Pfff! — Enfin, fais un effort, dis quelque chose. A force de hausser les épaules et de baisser la tête, tu vas te transformer en hérisson. Il sera... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2017

Avoir 20 ans: nouvelle noire, un concours

La Fabrikulture - Concours « Avoir 20 ans» - 2017 Règlement accessible sur le site www.la-fabrikulture.com Article 1 - L'association « La Fabrikulture » organise un concours de nouvelles noires dans le cadre du Festival International du Roman Noir (FIRN). Il comporte deux catégories : -        Jeunes entre 12 et 15 ans à la date du 30 juin 2017, -        Personnes âgées de 16 et plus à la date du 30 juin 2017. Article 2 – Le thème du... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 mars 2017

À coeur ouvert, par Jean-Claude Boyrie

Déluge 21   Ireni  « L'amour, pas la charité, ou bien laisse-moi tomber. Jamais ne me fais la blessure de ne plus me faire l'amour, mais la charité. » (Stone et Charden). Un coup d'oeil sur le calendrier. Nous sommes aujourd'hui le 21 décembre, et c'est le solstice d'hiver. Je songe que six mois juste se sont écoulés depuis que nous nous sommes rencontrés, Xavier et moi, sur le port de Tanger. Tout cela me paraît déjà si lointain…. C'est le moment de faire le bilan de nos six mois de vie commune, avec... [Lire la suite]
14 mars 2017

Lise, Léon..., par Nyckie Alause

Si vous voulez en savoir plus sur Léon et Lise... Comment Lise est-elle arrivée sur cette plage ? C’est une longue histoire qui a commencé il y a longtemps. Elle n’est pas venue par hasard, c’est évident. Elle a pris le train jusqu’à Boulogne, puis la navette. Elle a fait le trajet le front collé sur la vitre froide qui lui a laissé une marque blême qui tardera à disparaître. Le rendez-vous chez le notaire a été vite expédié. Elle n’a rien appris qu’elle ignorait. L’homme était plutôt aimable, il l’a raccompagnée jusqu’au palier et... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 mars 2017

Léon, Lise, par Nyckie Alause

Inspiré par l'univers pictural de Varvara Bracho   Léon n’a pas pris le métro jusqu’à la station Bastille, il préfère flâner en traversant la Seine. Il a encore du temps à perdre. Alors il traine, s’arrête, regarde l’eau du fleuve qui est un peu grise, les mouettes qui passent en vol-plané au ras de vagues qui moutonnent légèrement avant de s’écraser sur les piles du pont. Ça criaille un peu malgré le bruit incessant de la circulation. S’il se laissait aller il irait chercher au fond de son sac quelques reliefs de sandwich et... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 mars 2017

Bon sang ne saurait mentir ! par Sylvie Albert

Piste d’écriture : imaginer le trajet d’un objet, la manière dont il est entré en possession des personnages, son rôle particulier. Va-t-il être l’occasion d’une prise de conscience, ou inciter à une recherche ? La grand-mère de Paul vient de mourir. Ce dernier est en déplacement professionnel à l’étranger, mais il reviendra pour l’enterrement. Car la vieille dame occupe une place toute particulière dans son cœur ; c’est elle, Mamily, qui l’a élevé jusqu’à « l’âge de raison ». Il habitait avec elle... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,