13 mars 2017

Léon, Lise, par Nyckie Alause

Inspiré par l'univers pictural de Varvara Bracho   Léon n’a pas pris le métro jusqu’à la station Bastille, il préfère flâner en traversant la Seine. Il a encore du temps à perdre. Alors il traine, s’arrête, regarde l’eau du fleuve qui est un peu grise, les mouettes qui passent en vol-plané au ras de vagues qui moutonnent légèrement avant de s’écraser sur les piles du pont. Ça criaille un peu malgré le bruit incessant de la circulation. S’il se laissait aller il irait chercher au fond de son sac quelques reliefs de sandwich et... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mars 2017

Bon sang ne saurait mentir ! par Sylvie Albert

Piste d’écriture : imaginer le trajet d’un objet, la manière dont il est entré en possession des personnages, son rôle particulier. Va-t-il être l’occasion d’une prise de conscience, ou inciter à une recherche ? La grand-mère de Paul vient de mourir. Ce dernier est en déplacement professionnel à l’étranger, mais il reviendra pour l’enterrement. Car la vieille dame occupe une place toute particulière dans son cœur ; c’est elle, Mamily, qui l’a élevé jusqu’à « l’âge de raison ». Il habitait avec elle... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 mars 2017

Changer de vie, par Michelle Jolly

Piste d'écriture: des objets symboliques, ou qui ont influencé notre vie. « C’est quand je partais faire ma tournée ce matin qu’ils sont tombés sur moi, au détour de la place comme un essaim d’abeilles, questionnant et inquiets de l’absence d’Alex.                    « Il ne vous a rien dit, à vous? il est parti il y a une semaine, comme en s’excusant, me dit sa mère, pas un mot de plus, pas un indice… » En mettent sa... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 mars 2017

A Cannes, par Paul Barry (poème)

  Comme le mimosa, duvet jaune et lumière, En plein cœur de l'hiver, son rire éclate encore, La secoue elle et moi, Comme un amandier bruine des éclats de ses fleurs, Sous les coups turbulents, du mistral en bourrasque.   Dans son appartement cubique, aux meubles anguleux, De verres et de métal, d’ailleurs, de bois précieux Si étranger pour moi, si familier pour elle, Trône la fleur électrique au parfum de citron.   Et je m’assieds alors, à son invitation, Dans un canapé lourd, vaste de souvenirs Ocre... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 mars 2017

Animal sauvage, par Jean-Claude Boyrie

Déluge 16   Patricia Favier.   Animal sauvage.  « Non, ce ne sont point là les lois que les dieux ont fixées aux hommes. Je ne pensais pas que tes interdits fussent assez forts pour permettre à un mortel de transgresser d'autres lois, les lois non écrites, inébranlables, des dieux. Celles-là ne datent ni d'aujourd'hui, ni d'hier. » Sophocle, Antigone.  Avant de partir, à potron-minet, nous avons été dûment briefés par le Commissaire principal : « Faites votre taf et rien de plus. Pas de... [Lire la suite]
01 mars 2017

La terrasse, par Jean-Claude Boyrie

Déluge 17 Sophie. La terrasse.      Tout le monde à Marseille, ou presque, connaît le vallon des Auffes, ce minuscule port de pêche où l'on amarre les « pointus » (1), cerné de cabanons qui s'étagent à flanc de coteau. C'est un havre de paix, vrai coin de paradis enchâssé dans la ville. De la terrasse du « Gyptis », on profite du moindre rayon de soleil. Les consommateurs assistent gratos au va-et-vient des barquettes multicolores. C'est l'endroit idéal pour tchatcher en sirotant son apéro.... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 février 2017

Illusions... par Michelle Jolly

Piste d'écriture: des reproductions d'aquarelles de Varvara Bracho (http://varvara-bracho.com/) « Dix-sept heures, Place de la Bastille, au café du Théâtre, en terrasse, attends-moi, j’ai tant de choses à te dire » signé Sam. Là il m’avait intriguée, quelles choses ? Sam était mon copain, un peu plus depuis trois ans, par épisodes ; on a vécu un an ensemble, puis séparation, puis retour, en réalité, on n’arrivait pas à se séparer. Nous rêvions de voyages lointains, le Népal, un jour, puis le Nord de la Norvège,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 février 2017

Destins croisés, par Rosalie Jeannette

Un conte noir, pour Nathan et NaHtan ! Nathan est représentant de commerce et comme les gens de sa profession, il en avale des kilomètres chaque jour. En principe, pour ne pas perdre son précieux temps, il est très minutieux aussi bien sur les produits de démonstration que sur l’entretien de son véhicule. Il ne lui viendrait pas à l’idée de prendre la route sans vérifier niveaux, jauges et réservoir. L’aventure est réservée aux périodes de vacances, le quotidien lui est millimétré et bien rodé. Hors de question d’être bloqué... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 février 2017

Scansio, poèmes de Carole sur des encres de Marie-Lydie Joffre

Marie-Lydie m'a fait l'amitié de publier mes poèmes sur son site: http://www.marielydiejoffre.com/blog/fr/ Voici le premier, 5 autres suivent. Scansio Carole Menahem-Lilin Poèmes inspirés par les Platanes de décembre de Marie-Lydie Joffre   En-rein-cinés dans ce monstre immobile qu’est le sol, hissé de racines tressage de ciel,   Platanes, nom masculin marbrures féminines.     Frôler, provoquer, désirer, flatter du bout des racines, du coin du creux, de la pulpe des sèves,   Puis se... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 février 2017

Cygnes secrets, par Florence Chaudoreille

Piste: imaginer la vie d’un objet, son rapport avec notre propre vie. Ici, une photographie en noir et blanc (David Gibson, Norwich, 1991) Ils sont surprenants ces quatre cygnes, qui traversent la page, d’un blanc étincelant sur une eau noire, mate comme de la suie, et brillante à la bordure de l’image. Les traces laissées par les cygnes sur l’eau ressemblent à des froissements de vieux papier. Un lent vertige gagne. Et si les cygnes n’étaient dessinés que par des déchirures du papier, et si l’eau noire, le papier noir et le... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :