05 janvier 2016

Le vert me va si bien, par Lea Walsh

  Ce texte est né d'une phrase "déclencheuse", ici au début du texte.  Deux appels incontournables. L’un routinier. L’autre me terrifie. Je dois appeler le site toutachat.com pour changer une chaise de bureau que je viens de recevoir. Je la voulais noire et elle est arrivée vert pomme… Le premier achat que j’ai jamais osé faire sur internet ! Des années sans me risquer, je me lance et voilà, belle réussite ! Pas le choix, tout est noir chez moi, je dois les contacter… Et quand ce sera fait, j’appellerai David,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 janvier 2016

Fusion, par Chantal Joanny

  Est-ce un dialogue, un monologue...? un poème envoûtant. Carole  Pourquoi es-tu partie à cette heure-là en pleine nuit? Je ne pouvais plus, Mais quoi donc?  Je me perdais Nous avions écrit ce poème à deux, nous l'avions clamé d'une seule voix!  J'ai eu peur, je ne pouvais plus distinguer ton écriture de la mienne, j'ai voulu fuir, C'était l'amour! Tu t'es dirigée vers le canal,  Tu m'as suivie... Ton départ si subit, oui, de loin, la lune était absente J'avais besoin de le faire A mon tour... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 janvier 2016

Les courses de Berti, par Rosalie Jeannette

Inspiré de la photo: Berti est en retard, Exposition Jakob Tuggener- Fabrik une épopée industrielle 1933-1953  Il y a belle lurette que la marée humaine a franchi la grande porte de la fonderie. Chaque ouvrier, aussitôt en tenue de travail, a regagné son poste et s’est mis au travail sans attendre de consigne particulière. Une vraie fourmilière où chacun connait son rôle à la perfection.  Les cheminées ronflent déjà et crachent leur fumée noire et acre, rendant l’atmosphère pesante. Les ouvriers ont joué sur les lourdes... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
02 janvier 2016

L’affiche, par Lea Walsh

  S'inspirer d'une photo pour imaginer une fin, puis redérouler le récit.              Telle que vous me voyez maintenant, je suis prisonnière de cette position idiote qu’a choisi pour moi un soi-disant publiciste renommé... Je suis immobile, souriante malgré la pluie, un parapluie à la main pour protéger mon beau manteau de luxe, ‘ce que j’ai de plus précieux’, en tout cas c’est ce que dit l’affiche sur laquelle je suis figée ... J’y suis captive depuis... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 19:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
01 janvier 2016

Blanche au Asar, par Carole Menahem-Lilin

Le dernier texte que j'ai écrit en atelier, pour fêter ce premier jour de l'année. Carole.  La voilà. Étendue, de profil, sur le comptoir. Ses belles fesses à peine voilées par le tissu clair et fin de la robe. Soulignées, plus impudiques que si elles avaient été nues. Ses jambes à demi repliées sont, elles, cachées par le tissu qui s’évase à partir de l’arrière des cuisses. Plus haut, la couture suit le long du dos la ligne de sa colonne vertébrale, on dirait que la robe-fourreau a été cousue sur elle, à petits points... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 19:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
01 janvier 2016

Hommage à Jean Joubert, par Thérèse Françoise Crassous

  Le poète et romancier Jean Joubert est décédé fin novembre. Il était bien connu des Montpelliérains, en particulier des amoureux de la poésie qui fréquentent la Maison de la Poésie dont il a été président. En quelques vers, Thérèse Françoise lui hommage, et ayant apprécié l'homme et le poète, je m'y associe. Carole. Hommage   Les sables sont incendiés dans la douceur du soir. Un homme y marche et toujours marchera, Un peuple de loups chemine dans son pas.   Au firmament des voiles et des haussières, Une... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 décembre 2015

La petite vadrouille, de Pierre Doyeux

 Piste d'écriture: s'inspirer d'une photo pour imaginer une scène proche de la fin, puis redérouler le récit à l'envers.               Il était environ onze heures du soir. Il faisait froid et obscur. L'officier de police frappa à la porte. C'est ma mère qui ouvrit. - La voilà, madame. Dès qu'elle me vit, Maman se jeta sur moi pour me prendre dans ses bras, les yeux pleins de larmes. - Ho ma chérie, j'ai eu si peur ! Mais qu'est-ce qui t'a pris ? - Le capitaine... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 21:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
29 décembre 2015

A bord du Nicosie, par Roselyne Crohin

 Créer un texte en commençant par imaginer la fin, grâce à une photo.           Blottie dans un recoin de la cave, Salma serre très fort sa petite sœur Aya. Tout autour d'elles, des femmes en bigoudis et en peignoir se lamentent avec des voix suraiguës. Nabila essaie de les réconforter l'une après l'autre, en caressant ici une chevelure, tenant là une main et susurrant ailleurs une parole réconfortante. Son salon de beauté était archi-plein quand la première déflagration a éclaté.... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 décembre 2015

Un stylo pour un bouquet … par Agnès

 Commencer par la fin. Agnès s'est inspirée d'une de ses photos pour nous inviter à partager une émotion, une réflexion...             La place est animée comme à son habitude, lieu de passage pour chacun, à traverser le long d’invisibles lignes droites. La fontaine des Trois-Grâces, presqu’en son centre s’oppose à cette agitation. Les trois femmes pétrifiées au sourire intemporel lèvent depuis toujours leurs bras dans un geste élégant… Aujourd’hui, ce monument n’est pas... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 décembre 2015

Petit pois patate, par Carole Menahem-Lilin

  Commencer par la fin, en s'inspirant d'une image - ici à nouveau cette photo de Sergio Larrain, Valparaiso. Hélio me porte comme il porterait un sac de patates, arrimé par ses coins supérieurs (c’est-à-dire mes poignets) qu’il maintient fermement. Mes pieds brinqueballent entre ses cuisses et ses mollets, ou plutôt brinqueballeraient si j’étais vraiment un sac de patates, ou un corps sans conscience. Mon dos ainsi renversé  sur son dos, je laisse aller ma tête sur sa nuque et retiens mes pieds pour qu’ils ne le gênent... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,