02 novembre 2015

Nanatte perdue... par Bénédicte

Piste d'écriture: s'inspirer d'une photo (ici en illustration). Il fallait partir à sa recherche ! Puisque personne, à la ferme, ne semblait se préoccuper de la disparition de Nanatte, les enfants se devaient d’agir. « S’il fallait courir après tous les chats… venait de s’exclamer leur mère d’un ton moqueur.  Va plutôt ouvrir le poulailler !  » ajouta-t-elle à l’adresse de son fils. Louis échangea un regard triste avec sa petite sœur Jeanne. Même si ses six ans lui permettaient de tenir avantageusement le... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 octobre 2015

Quelle lumière au bout du bout! par Danièle Geroda

Piste d'écriture: la photo de Jakob Tuggener. Sous un ciel oppressant chargé pourtant que de nuages ternes, délavés, tout le quotidien inquiet de Britt défilait à la même cadence, rythme avilissant avec un goût d’insupportable. Chaque jour, elle devait longer les interminables baraques, privées d’âme, vouées, sans doute, à l’éternité puisque personne ne prendrait la décision de les détruire. Elles dressaient leur singulière ressemblance avec beaucoup d’aplomb. Tout regard trop appuyé venait s’échouer sur les murs criant de... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 14:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 octobre 2015

Vite, par Michelle Jolly

Piste d'écriture: l'affiche de Jakob Tuggener.           Vite  / ne pas me retourner/   aller en hâte au premier arrêt bus/   non/   plutôt me rapprocher de chez moi  / je n’ai plus mon sac/   ne pas m’arrêter/ voir s’il me suit /  je suis partie si brusquement …. Comment ai-je pu ?  il était si gentil / il avait pas l’air/  ne me quittait pas depuis quelques jours  après le travail / et je croyais/... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 14:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
23 octobre 2015

Perdu la montre de mon grand-père (4) Reine, par Carole Menahem-Lilin

Pour écrire cet épisode, je me suis inspirée de la photo de Jakob Tuggener. IV. Reine Reine court à présent, légère, sa longue robe s’envole derrière elle, laissant entrevoir la bordure blanche de ses leggings, qui dans l’ombre, rappellent la lumière d’’un jupon. Du moins c’est ce qu’ils rappellent à Mat qui la suit, sans aller trop vite, ne pas lui faire peur. Pourquoi un jupon ? ce n’est pas vraiment la génération de Mat, mais il y a cette photo de sa grand-mère Suzanne toute jeune et courant ainsi sur un chemin de... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 octobre 2015

Perdu la montre de mon grand-père, III: Mat, par Carole Menahem-Lilin

 III. Mat Mat était en train d’attacher sa moto, lorsqu’il la vit debout là-bas, à quelques mètres devant lui. C’était la jeune fille qui faisait, plusieurs soirs par semaine, l’accueil à la salle de sport. Il n’eut aucune hésitation à la reconnaitre et en fut surpris, car il ne croyait pas l’avoir observée assez pour l’identifier ainsi, au premier coup d’œil, et surtout de dos. Mais c’était elle, il n’en doutait pas. Quelque chose dans la posture : une détermination qui aurait pu ajouter à sa grâce, et qui ne créait... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 octobre 2015

Et gais rossignols, et merles moqueurs… par Louis Portejoie

  Piste d'écriture: en s'inspirant d'une photo de Jakob Tuggener, ancrer l’expérience, grâce à des détails qui vont amener le lecteur dans la sphère intime, physique, du personnage. Louis nous emmène en 1936...    Georges Ravier lance  brutalement la gigantesque roue dentelée qui entraine une série de courroies, associées à d'autres roues dentelées qui se déclinent en démultiplications à l'infini, dans un vacarme assourdissant de ferraille, de moteurs, de déclics, de cris métalliques, de jaillissements, de... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 octobre 2015

Assis au bord du matin qui passe...

Nereidi 9. Assis au bord du matin qui passe....    « La Symphonie n°6 en ré « Le Matin », possède les couleurs les plus vives. Les six premières mesures en crescendo de son introduction adagio évoquent irrésistiblement un lever de soleil. Suit un allegro à ¾ au thème principal exposé par la flûte à découvert. Après quatre mesures, le relais est pris par les deux hautbois, et au bout de quatre nouvelles mesures, par tout l'orchestre. » ( « Joseph Haydn », par Marc Vignal, p. 832,... [Lire la suite]
20 octobre 2015

Tout un programme, par Agnès

Texte écrit à partir des mots figurant dans le livret de présentation de l’exposition des photos de Jakob Tuggener (Pavillon populaire de Montpellier) Sans raconter les années, accueillir la vision d’un monde où la légèreté croise le sombre et l’effort… Emportant dans les méandres de l’histoire tous les témoignages recueillis, accueillir la subjectivité… Accueillir le magnifique. Convier aux découvertes remarquables, intemporelles… Collaborer et soutenir. Affirmer la véritable ambition : inviter à investir l’écrin de la... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 octobre 2015

Betty, par Coré

  Piste d'écriture: en s'inspirant d'une photo de Jakob Tuggener, ancrer l’expérience, grâce à des détails qui vont amener le lecteur dans la sphère intime, physique, du personnage. Coré nous narre son histoire en conteuse... Dans la vie il y a toujours au moins deux possibilités : courir ou marcher, se présenter de face ou de dos, être à l’heure ou en retard…Betty court contre le temps, de dos, sans se poser de question. Droit devant elle il y a une ligne imaginaire : un fil tendu sur lequel elle se tient en... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 octobre 2015

Perdu la montre de mon grand-père, II: Reine, par Carole Menahem-Lilin

On avait quitté Mat mélancolique d'avoir perdu la montre prêtée par son grand-père. L'épisode 2 nous fait découvrir un nouveau personnage, Reine. II. Reine L’annonce lui faisait face. On pourrait même dire qu’elle la regardait dans les yeux, et lui faisait reproche. À chaque fois qu’elle passait là depuis quinze jours (et c’était souvent, car elle travaillait au-dessus de la piscine), Reine baissait la tête. Et ça n’allait pas du tout, parce que comme son prénom l’indiquait, Reine était loyale, tout autant qu’orgueilleuse.... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,