28 mars 2015

Le canapé jaune (6), par Nyckie Alause

    ******       Tu me dis que j’aurais dû replacer le livre oublié sur l’accoudoir du canapé. C’est vrai que j’aurais pu, mais je ne l’avais pas encore terminé. De plus il y a des passages que je tenais à relire. Mais je te jure que la prochaine fois que je la vois, cette lectrice, je le lui remets, en main propre. Pour la remercier, ce sera « ad alta voce », de vive voix. Et s’il est toujours là, si personne ne l’a volé, nous pourrions, elle et moi, nous asseoir côte à côte sur le sofa... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mars 2015

Le canapé jaune (5) par Nyckie Alause

Lorsque j’ouvre ma fenêtre, la matinée est bien avancée. Les occupants, s’ils y ont passé la nuit, ont déserté le navire. Ne traîne autours du canapé, ni papier, ni canette, ni sac abandonné. Les livres, dont le nombre a commencé à se réduire, sont bien rangés sur les accoudoirs et la murette du jardin. Je descends et je remarque qu’ils ont été classés par ordre alphabétique et ne peux m’empêcher d’en saisir un et de l’ouvrir. J’en lis quelques passages, pressentant seulement le sens du texte car je ne lis pas l’italien. Sensible tout... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 mars 2015

Le vélo rouge, par Frédérique

Piste d'écriture: autour d'un objet emblématique, décrire des rencontres, ou les différents moments d'une vie. Créer les titres de courts chapitres. Le vélo rouge Le vélo patiente, rue des amarantes. Rouge et chargé de soleil, de saladelle. La brise, ce matin, se fait légère et messagère. Elle agite sous le nez de Marylou ce qui ressemble à un tract publicitaire. Le titre attire son attention : « Trouver sa voix ». A la vue de ces mots, le temps sursaute, recule et se déplie. Ouvre ses pages sur les seize ans de Marylou.... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 23:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
26 mars 2015

Le canapé jaune (7e et dernier épisode), par Nyckie Alause

Les vacances. J’ai mal dormi. J’ai mal au dos. J’ai passé la journée loin de la maison à errer dans la ville : Du square le plus proche (celui dont mon canapé marque une frontière) aux bords du fleuve que suit un sentier parsemé de bancs à la dureté bienvenue : quand on s’y assied, la rigidité du dossier renvoie les affres de ma nuit par petites touches de douleurs dorsales. Quand je m’y suis assise, je me suis sentie vivante. J’ai regardé un couple de cygnes évoluer paresseusement entre les touffes de nénuphars jusqu’à ce que des... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 mars 2015

Le canapé bleu, par Sylvie Albert

Piste d’écriture : Raconter une vie autour d’un objet Ah, ce merveilleux canapé bleu en tissu de mon enfance… Recouvert de petits coussins multicolores qu’on pouvait se jeter à la figure, tout moelleux et si confortable ! C’est là que j’allais me réfugier avec mes peluches et mes livres, c’est entre ses accoudoirs que j’adorais que ma maman me câline lorsque j’avais des chagrins. C’est également là que souvent je me battais avec mes frères, comme frères et sœurs peuvent se chamailler avec tendresse. Il était pour moi un... [Lire la suite]
26 mars 2015

Mélusine, Ondine, Spiruline, par Jean-Claude Boyrie

  Théodule Trouvelot, surnommé Dudule en raison de la marque d'appâts qu'il emploie, occupe son temps libre en pêchant à la ligne. Ce paisible retraité des Eaux-et-Forêts passe ses journées sur les rives ombragées du lac de Vertchoux sur Son-sonnette, l'oeil rivé sur son bouchon. Un lieu d'autant plus chargé pour lui d'émotion qu'il est en quelque sorte le père de ce plan d'eau. Certains souvenirs, moins glorieux, s'attachent à sa création, qui fut un épisode-clé de sa longue carrière... Depuis lors, ici rien n'a changé.... [Lire la suite]

25 mars 2015

Le canapé jaune (4) par Nyckie Alause

******   Un nouveau matin. Sans attente particulière. Une routine de deuxième jour de solitude. Comme s’il s’agissait pour moi de la première rupture de ma vie. Il y a pourtant eu Michaël, Pierre-Antoine, Isabelle… et Lucio. Pour les plus déchirantes. Et quelques autres qui ne furent que la fin de liaisons où l’un surtout était lié à l’autre. Et ce n’était pas moi.   Lucio, il avait dès le matin une odeur de lavande et de vétiver qui calmait mon exaspération quand j’attendais de pouvoir disposer de la salle de bain et... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 mars 2015

L'homme sandwich, par Evelyne Grenet

Piste: la vie bascule... Les contre-allées s'éloignent du parc de Ueno, se faufilent dans un vaste espace peu fréquenté.  Elles restent bien entretenues parsemées, d'un gravillon clair, bordées d'arbustes vigoureux. Cette végétation sert de support aux toiles ou aux bâches que les plus démunis tendent entre les branches pour se construire des cabanes. Aux abords de ces toits de fortune traînent différents objets du quotidien, réchauds, casseroles, bassines, balais.  L'homme, vêtu d'un pantalon noir, d'un blouson gris,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 22:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 mars 2015

Le canapé jaune (2), par Nyckie Alause

    Ce matin le froid m’a réveillée. Et le sifflement de la balayeuse sur la place. Et la lumière crue de ce matin d’automne qui s’engouffre par la fenêtre grande ouverte. J’ai mal dormi. Mon dos grince de toutes ses vertèbres et, comme une femme de marin, je rejoins le balcon pour regarder au loin. Mon ancien compagnon est là en bas, rutilant comme un bateau neuf fraîchement sorti du chantier naval, jaune et rebondi, un appel à la douceur dans cette lumière matinale. Je crois que je lui ai souri et fait un petit signe... [Lire la suite]
24 mars 2015

Le canapé jaune (3) par Nyckie Alause

...Les mères de famille et les enfants ont apporté quelques provisions pour déjeuner sur un banc au soleil. Ou sur un canapé jaune qui les tente de ses coussins moelleux et de ses bras musclés. S’en approchent deux hommes, corsetés dans leurs vêtements de travail, costumes sombres, chemises ternes et élégantes, serviettes au cuir souple et onéreux, chaussures italiennes qui reflètent le ciel d’être aussi brillantes. De mon observatoire, leurs silhouettes juxtaposées les font sembler siamois. Mais quand, non sans avoir passé chacun,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,