08 décembre 2014

Aristide et Georgette... par Chantal Joanny

  Je la revois, vingt après, l'île qui était restée en moi tout au long de ces années, piaffant de l'arpenter à nouveau de mes tongues usées dont l'odeur, dans le cagibi d'entrée, telle une cire d'abeille malhabile transformée en essence, était lasse d'attendre. Je les avais achetées sur cette île justement une semaine avant le départ, dans la « ti casebleue », boutique en bord de route au niveau du chemin 76. Mes sandales de cuir venaient de me lâcher en crapahutant sur la route des hauts.  A perte de vue les... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 décembre 2014

Le géant dans l'espace, par Corinne Français

 Piste d'écriture: un vers de René Char tiré de  Lettera amorosa, "Je ris merveilleusement avec toi, voilà la chance unique", et l'illustration par George Braque, de cette page. Le géant, inconfortablement assis au bord de l’abîme, ne trouve pas son équilibre. Sa bedaine colossale l’entraîne en arrière, tandis que ses pieds pendent dans le vide. Détachés du corps, deux immenses bras indolents flottent bêtement dans l’espace, en s’éloignant sensiblement. Est-ce donc cela, la fin ? songe le grand être. Il... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 décembre 2014

Le passager dans la maison... par Chantal Joanny

Il a parcouru chemins, routes, venelles et allées, puis s'est reposé au pied d'un arbre dans la maison forêt. Les rais de lumière, opales, clignent sous ses paupières irritées, un chant d'oiseau a surpris son réveil terreux, humide de feuilles collées à son pantalon. Une crampe dans la jambe l'a secoué.  Il respire l'odeur de mousse et de champignons en s'étirant vers les cîmes, puis referme son veston.  Ploc ploc chantent ses godillots détrempés, il se penche. Celui de gauche puis celui de droite, il les salue, en rabat... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 décembre 2014

La vie amoureuse de l'Hippocampe... par J.-C. Boyrie

L'Hippocampe 16  La vie amoureuse de l'Hippocampe à museau court. « Chez les poissons, la plupart des mâles n'ont pas de « zizi », sauf chez les espèces ovipares ou vivipares qui possèdent l'équivalent morphologique et fonctionnel d'un pénis que l'on nomme gonopode.... Sa longueur varie avec la taille et l'âge du mâle, les femelles recherchant généralement celui le mieux doté de cet attribut sexuel. » Jacques Bruslé & Jean-Pierre Quignard : « Les poissons font-ils l'amour ? »... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 décembre 2014

Maisons, maisons... par Chantal Joanny

Piste d'écriture: la maison (matière, lieu, habitants, lumière...) une maison de coton sur un arbre, maison bleue pour perdrix et tiques une maison en caoutchouc sur échasses à la lumière bluette pour vendeuses en tablier blanc une maison de pierre à contre-jour pour hommes perdus une maison de carton sur un nuage dans un ciel de tonnerre habitée de poupées aux yeux de porcelaine maison trouée sur rail en polystirène gris, salie par les baguettes de riz une maison-tour en béton qui s'enracine, rose pour visions périphériques ... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 décembre 2014

Elle s'appelait Elise ou Louise... par Michelle Jolly

    Piste d'écriture: un lieu, un personnage. Ou comment faire un portrait indirect, un décrivant un lieu emblématique d'une personbne. Elle s’appelait Elise ou Louise, je ne sais plus, jeune femme célibataire habitant au rez-de-chaussée  un studio et partageant avec nous la cour fleurie de cet immeuble du quatorzième à Paris. On l’aimait bien, toujours un sourire, un mot gentil, proposant de garder les enfants hors de son travail (elle était vendeuse dans un grand magasin). Toujours bien habillée, elle devait... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 décembre 2014

Maisons, par Corinne Français

Une maison incognito. C’est la demeure des courants d’air. Invisible et silencieuse, nul ne sait où elle se cache. Elle est toujours aux aguets. C’est un abri pour sans papiers. Ils arrivent le plus souvent par deux, la nuit. Quand ils entrent, ils respirent fort. On les sent apeurés. Ils piétinent dans le noir, agglutinés les uns aux autres. Puis ils trouvent un petit coin où affaler leurs carcasses sales et exténuées. Ils s’endorment comme ça, sans plus de manière et se lovent en paquets, semblables aux animaux dans le pré, pour se... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 décembre 2014

Un piquenique, par Corinne D

Piste d'écriture: à travers ses vêtements et son "look", nous aider à faire la connaissance d'un personnage. Montrer son état d'esprit, son évolution. Elle était là, comme tous les jours, assise en face de moi. Nos écrans d’ordinateurs et nos piles de dossiers réciproques me la cachaient presque entièrement. Pour mieux la distinguer, il me fallait me déplacer sur la gauche, pencher légèrement la tête vers l’épaule et me hausser sur mon siège. Je le faisais désormais en toute discrétion, de manière totalement naturelle. Tellement... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 novembre 2014

Une sacrée planque, par Jean-Claude Boyrie

L'Hippocampe 13. Une sacrée planque !     Bateau sur l'eau, ma tante-ire-lire-lire....  Confortablement installé dans son bureau climatisé, avec vue sur mer, Laurent Dutilleul allume son portable et pianote un temps pour consulter la météo marine : petite brise annoncée force 3 sur l'échelle Beaufort ; vaguelettes dont les crêtes commencent à déferler ; écume d'aspect vitreux ; quelques moutons épars. Tiens ! La vedette du Parc est de sortie aujourd'hui, les plaisanciers aussi. Par la fenêtre, il... [Lire la suite]
30 novembre 2014

Noir, c'est noir par Jean-claude Boyrie

L'Hippocampe 14 Noir, c'est noir. « Le soleil, comme une plaque d'argent mat ». Exposition Abdelkader Benchamma Montpellier, Carré Sainte Anne, Oct .-Nov. 2014. Après un dernier lacet de la route, ils sont parvenus au col de Blanda. Les deux jeunes gens mettent pied à terre pour admirer le paysage, un panorama quatre étoiles au Michelin. Du belvédère au bord de la route, le regard embrasse l'ensemble du port et de sa baie. Les môles maçonnés s'étirent vers la mer comme deux bras tendus. C'est dimanche, aujourd'hui... [Lire la suite]