16 octobre 2008

Les deux frères, par Aorica (Mireille)

Les deux frères : Exhalaison d’arômes Aorica de sa mémoire en délire voit surgir des frères, Trois générations de frères, trois générations de deux frères. Elles sortent de son imaginaire, comme apparentées à des parfums de synthèse De plusieurs familles qui s’imbriquent comme le son des cloches, Sur des notes ou bien sur des rocs.   Quand elle pense aux notes, C’est sous forme d’exhalaisons d’arômes Qui prennent à la gorge, qui se répandent. Trois sortes de notes : La note de fond, La plus tenace, qui colle à la... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2008

Aorica à LOURDES, par Mireille

Aorica, de cette source écoute le bruit imperceptible   Parole ? Au début chuchotée, inarticulée,   Mais non ! Un son faible, velouté et grave.   Il résonne,   C’est plutôt un chant qui gémit, qui soupire,   Maintenant il gazouille, il roucoule.   Suit une mélodie en sourdine,   De plus en plus juste, elle respire, retentit,   Musique légère, claire, argentine…   Aorica se sent effleurée   Par une pluie fraîche et tiède,   Puis enveloppée par un onguent ... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 octobre 2008

Le jardin d'Armide.

Le jardin d'Armide.   " Les plus grands musiciens du monde, ce sont les oiseaux"                        Olivier Messiaen.                                                        Lorsque Renaud revint à lui, le hennissement des chevaux, le cri des guerriers, le... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 octobre 2008

Du balcon... par Jean-Michel Faure

Piste d'écriture: la boucle de neige. On part d'un poème court, et on y insère des ajouts... 1ère boucle : Du balcon abîméJe voyais en amontLes oiseaux sans couleurS’éloigner en silenceDans le ciel incendiéVif, comme tout l’amour2e boucle :Du balcon abîmé par la lèpre du temps,Je voyais en amont sur la ville endormieLes oiseaux sans couleur et d’autres roses et blancsS’éloigner en silence, s’échapper à l’ennuiDans le ciel incendié que sait faire septembreVif, comme tout l’amour qui m’attend dans la chambre
Posté par Menahem Lilin à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 octobre 2008

L'aède

L'Aède.   Pour fuir l'ardeur du jour, il s'était mis à l'ombre d'un pin majestueux. Seul arbre de ce cap torturé par les vents, dont la brise de mer agitait le feuillage. Au-dessus de sa tête, le crépitement sec des aiguilles froissées.   Il se sentait chez lui sur ce roc escarpé! Nul mortel ne viendrait troubler sa solitude, il pourrait y chanter les héros et les dieux. Un parfum balsamique émanait de ce tronc, chauffé par le soleil et moite de résine, se mêlant à l'odeur enivrante, sucrée du genêt... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 septembre 2008

Ciel bouclé, par Christine Jouhaud Mille

La boucle de neige: Rajouter un ou deux mots à chaque ligne :Recopier ce nouveau texte. A nouveau, rajouter un ou deux mots par ligne.Recopier ce nouveau texte, puis encore une fois, rajouter un ou deux mots par ligne, mais cette fois en début de ligne.On peut recommencer cette étape une deuxième fois .     Du balcon aux bacs suspendus Je voyais au travers des plantes aériennes Les oiseaux s’approcher au plus près S’éloigner au plus loin Dans le ciel bouclé de nuages Vif d’un intense arc-en-ciel ***************... [Lire la suite]
Posté par C Jouhaud Mille à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juin 2008

Animots, par l'atelier Théâtre et Histoires

Animots   Poèmes sur les animaux,   Ecrits pour la fête de l’ADRA du 14 juin 2008 par l’atelier Théâtre et histoires (8-13 ans)     Le perroquet     Le perroquet fit du hockey et quand il en fait il a le hoquet. Quand il a le hoquet il change de couleur et devient violet. Il a un bec plumé, une crête volée et une queue maronnée. Il danse la holé !Wa lé lé ! Il habite le palais salé. Il n’aimait pas les balais rayés, mais il aimait le poulet grillé. Il aimait patiner dans la journée avec... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
08 mai 2008

Poème du jour (de pluie) Carole Menahem-Lilin

-         Plaît-il ? -         Il pleut. -         Pleut-il ? -         Il bleute. C’est un bleu de saison Tout mouillé d’échassiers Brouillard monté sur des échasses Pour éviter les flaques… -         Flaques, dites-vous ? -         Je dis flasques et je dis floc. -         Mais alors il flotte ! -    ... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 mai 2008

Poèmes des cinq sens, par Carole Menahem-Lilin

Un instant...     Peau du bébé : odeur du pain tiède.   Dans vos bras, l'enfant.     Bruissement des feuilles de platane Monte – plane – enveloppe Puis décroît Vous laisse Vous éparpille et reprend Le bruissement reprend, l’enveloppe du vent. Volupté gagne la peau.   Petites dents aiguées : les frissons - Mordillent la nuque de l’instant. Baiser volé du vole vent  dans le cou du bébé.         Bonheur en crabe   Calme bonheur S’en va de biais ... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 novembre 2007

Echos d’automne… Carole Menahem-Lilin

      Dans les corridors longs Où roulent les octobres Où soufflent les violons   Asthmatiques et les cordes   Enrouées de nos averses     Les revenants   De nos tout revenus   Se déversent.     Les prévenus   Les n’y revenez-plus   Les métrologues   Métronoment.     Dans les corridors longs   De nos mémoires novembre   Saisis on se regarde   Dans leurs yeux automner.     On fait... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,