25 décembre 2017

La dinde à l'olive, par Jean-Claude Boyrie

FRANCÈSE 20 (épisode parodique): La dinde à l'olive.    Quelque temps après qu'il m'eût remis son précieux mémoire, il advint que François de Martres fut veuf à son tour. Après la disparition de sa chère épouse, victime d'une longue et cruelle maladie, il vécut quelques six mois dans une semi-retraite, observant un délai convenable de viduité. Ensuite, il renoua progressivement avec ses anciennes habitudes, recevant au château seigneurial de Loupian ses ami(e)s et connaissances. En dépit des malheurs de... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 05:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 décembre 2013

Colis de Noël, par Jean-Claude Boyrie.

Colis de Noël. Luc est ce qu'on appelle « un nouveau père ». Enfin, il croit l'être - ou aimerait le devenir. Diable ! Il faut un apprentissage à tout. Prenez l'accouchement de Céline, par exemple. Il n'avait aucune envie d'y assister, ce froussard de peur de tourner de l'oeil. Du sang partout, quelle horreur ! Comment Dieu, qui passe pour un Être bon, du moins raisonnable, a-t-Il voulu qu'une créature à Son image voie le jour au prix d'une telle boucherie ? S'il eût incombé à Luc d'inventer le corps féminin... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 décembre 2010

Un treize décembre comme les autres, par Jean-Claude Boyrie

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Un treize décembre comme les autres....     Première séquence : « Vive le vent d'hiver ! »  La promenade des platanes scintillait de mille feux. Sous l'effet de la tramontane, les guirlandes lumineuses accrochées aux frondaisons vacillaient ene tremblantes oscillations. En cette soirée claire, mais glaciale de décembre, les promeneurs se faisaient rares, nul n'avait envie de s'attarder. D'ailleurs, on approchait de... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,