08 juillet 2015

L’HOMME QUI TUA DON QUICHOTTE, par Jacqueline Chauvet-Poggi

   L’HOMME QUI TUA DON QUICHOTTE………. ( broderie sur des titres de spectacles, en rouge dans le texte…….)   L’homme qui tua Don quichotte est assis sur un banc dans le square de la gare, l’air pensif. Il se pose des questions sur son existence.   Il sait bien que si on tue un personnage de roman c’est que soi-même on n’est pas vraiment réel. Ça, il l’admet. D’ailleurs il n’est même pas sûr d’avoir tué. Il a donné un grand coup d’estoc sur cette armure cliquetante, ça a résonné comme sur un bidon vide et... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 juin 2015

Définitif? par Jacqueline Chauvet-Poggi

  Piste d'écriture: l'incipit d'un roman, qui ici se retrouve à la fin de la nouvelle.  DÉFINITIF ? VOUS AVEZ DIT DÉFINITIF ?             Il y a un mot dans la langue française que je n’ai jamais lu ou entendu sans frémir : DÉFINITIF. Ça veut dire quoi, définitif ?               Si une porte est fermée définitivement, vous ne pourrez jamais entrer ni sortir pour voir ce qu’il y a... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 avril 2015

Un billet pour Marseille, par Jacqueline Chauvet-Poggi

 Piste d'écriture: le dialogue. Insérer, entre les répliques, des remarques, pensées, descriptions.   UN BILLET POUR MARSEILLE  La billetterie ouvre à 17h, dans cinq minutes. Le guichetier est déjà derrière la vitre, l’air renfrogné. Elle est de l’autre côté, penchée en avant comme pour pousser le temps à aller plus vite. ●-17h-● -Enfin c’est ouvert ! Je voudrais un billet pour Marseille. -Bonjour madame. Je vous fais remarquer que j’ai ouvert à 17h exactes. -Oui, oui, c’est bien. Je voudrais un billet pour... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 mars 2015

Des pianos et des hommes, par Jacqueline Chauvet-Poggi

DES PIANOS ET DES HOMMES (Raconter une vie autour d’un objet) Quand je l’ai connu c’était un homme âgé mais un de ces personnages sur lesquels l’érosion de la vieillesse n’affecte que l’extérieur. J’avais avec lui de longues conversations sur sa terrasse à l’ameublement bohème. Il y avait même, étonnamment, un piano droit dont le soleil avait fané la couleur et écaillé la marqueterie.   -Pourquoi ce piano ? Est-ce un symbole, un souvenir ? Je ne vous ai jamais entendu jouer. -Vous n’avez rien perdu ! Oui,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 mars 2015

Flash photo 3, par Jacqueline Chauvet-Poggi

  Piste d'écriture: un visuel sans contexte. Ici, des jambes avec des sandales dorées debout sur des pavés... A la réunion de ce matin la chargée de communication a dit : A propos de l’album sur la ville ancienne, j’aurais besoin de quelques photos des vieilles rues, vous devez les connaître. Mais attention il faut toujours un élément humain, ça plaît davantage. Puis elle m’a regardé et : Tu devrais y aller, prends Nadine avec toi, elle sera l’élément humain.  Et voilà, c’est tombé sur moi. Nadine a... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 mars 2015

Flash photo 2, par Jacqueline Chauvet-Poggi

  Piste d'écriture: une photo d'Aaron Siskind FLASH PHOTO 2 C’est un beau jour de   septembre. Le ciel est de ce bleu d’automne qui prolonge l’été juste avec   quelques oiseaux noirs qui lui donnent du relief. Du quarantième étage à   travers les doubles vitrages je peux les voir mais pas les entendre. Je   pourrais voir aussi presque tous les toits de New York  et même tout en bas la foule qui s’agite   comme des fourmis pressées. Cependant l’heure n’est pas à la contemplation, je discute avec... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mars 2015

Flash photo 1, par Jacqueline Chauvet-Poggi

Piste d'écriture: des photos un peu surréalistes, dont il faut dan sle récit réinventer le contexte. Jacqueline a écrit trois courts textes, donnés ici sous les titres Flash photo 1, 2, 3 FLASH PHOTO 1 Ce coin de salle est vide, cette petite estrade avec un   miroir, c’est super. Personne ne me verra, je vais pouvoir m’entrainer. C’est   que c’est du sérieux, aujourd’hui, je vais passer un entretien d’embauche.   Ils ont vraisemblablement apprécié mon CV, normal, il est bien mon CV. J’ai été dans le temps un élève... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 février 2015

En vérité, rien ne serait arrivé si... par Jacqueline Chauvet-Poggi

Piste d'écriture:  EN VÉRITÉ RIEN NE SERAIT ARRIVÉ SI …………. ( continuez)  En vérité rien ne serait arrivé si je n’avais pas oublié de descendre la poubelle à l’heure habituelle. C’était un dimanche, il faisait nuit, mais si je ne le faisais pas je devrais cohabiter avec mes épluchures et leur odeur. Alors je pris une torche électrique et bravai le froid et la nuit jusqu’au local en bas de l’immeuble. J’allai refermer la porte métallique quand j’entendis un gémissement poignant, timide, assourdi. Dans le rond de... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 janvier 2015

PETITE HISTOIRE AVEC UN GRAND H, par Jacqueline Chauvet-Poggi

 Quand j’ai rencontré Madame Gaby, une amie de ma mère, dans les années cinquante, elle habitait à Paris dans un immeuble dont l’entrée avait l’allure cossue de la bourgeoisie bien installée. A l’intérieur, je n’ai jamais vraiment essayé de comprendre la topographie des lieux. Je sais que le tapis ne garnissait les marches que jusqu’au premier, que plus haut s’ouvraient des couloirs tortueux qui avaient l’air de ne jamais avoir été neufs. Une fois entrés chez Madame Gaby, c’était la vie qui s’offrait à vous, la vie de bohème... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 juin 2014

Dialogue décisif entre A et B, par Jacqueline Chauvet-Poggi

DIALOGUE DÉCISIF ENTRE A ET B Jouez avec les guillemets, les tirets les espaces……   Paris. Place de l’Odéon. Il tombe une pluie fine, froide et persistante. « Pour la promenade, c’est fichu, dit Adèle, il ne nous reste plus qu’à aller au cinéma. -Eh oui ! On a de la chance, tout de même, plusieurs cinémas chacun avec plusieurs salles, on a l’embarras du choix,» répond Benoît.  En effet beaucoup de films proposés mais beaucoup de spectateurs aussi, pour le moment entassés en files de longueur variable, serrés... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,