06 juin 2018

Les trois fileuses, par Jean-Claude Boyrie.

22 Mai : ça va comme un mardi, qui plus est, jour de grève. Au saut du lit, Paul et Marthe ont pris les news. Les mouvements sociaux s’annoncent très suivis. Services publics perturbés. Nombreuses manifestations prévues. Météo : temps orageux. Ciel couvert en plaine et sur le littoral. Quelques éclaircies possibles. Risque de précipitations sur les reliefs. Comme si de rien n’était, son café matinal avalé, Paul a rejoint son « espace de création », qu’il qualifie aussi, selon les jours, de « bulle »... [Lire la suite]

16 mai 2018

Symphonie en blanc majeur, par Jean-Claude Boyrie

Journée sombre. Un silence sépulcral. Comme tout semble étrange, alors qu’hier encore, tout paraissait si normal ! Que s’est-il donc passé pendant la nuit ? Je résume. Aujourd’hui, jeudi 1er mars : l’enfer blanc. Depuis deux jours pourtant, la neige était annoncée. Elle n’aurait dû surprendre personne et voilà tout le monde pris en otage. Accro, comme tu l’es, à ton smartphone, tu fais défiler les applis sur l’écran. Tu te sens confiné dans ton réduit. Pour y voir clair, il te faut ouvrir grand les rideaux de ta... [Lire la suite]
28 avril 2018

Équilibre instable, par Jean-Claude Boyrie

Équilibre instable.   I.  Je ne sais ne sais pas ce qui m’a pris de passer ce week-end de printemps à Paris, seule avec Alice. Elle est impossible à tenir, cette gamine ! on la croirait montée sur ressorts. Enfin, Paris, c’est Paris, c'est la ville de mon enfance, en quelque sorte ma "case départ" et j'ai voulu retourner à mes source. Il fallait bien qu’un jour ou l’autre, ma fille sache à quoi Paris ressemble. Et puis, question météo, nous ne pouvions pas mieux tomber : pour un début de mois d’avril, il fait... [Lire la suite]
23 avril 2018

Une histoire sans importance, par Jean-Claude Boyrie

Une histoire sans importance Je me souviens de ce terrible coup de fil. J’avais alors neuf ans, j’étais au cours élémentaire. À la maison, je pouvais appeler, répondre intelligiblement au téléphone et suivre une conversation. Aujourd’hui, n’importe quel jeune a son portable qui préserve son intimité. Le téléphone ancien modèle est relégué au rang de pièce de musée. On ne voit plus cet appareil encombrant, disgracieux, fixé au mur ou posé sur un meuble au milieu de la salle de séjour. Sa sonnerie stridente interrompait les... [Lire la suite]
03 avril 2018

Instit ? Top model ?, par Jean-Claude Boyrie

Je me souviens de ce vendredi 13 avril. Il y avait du printemps dans l’air. Quelque chose me disait que ce jour-là ne serait pas tout-à-fait comme les autres. Allez savoir si ce vendredi 13 me porterait bonheur ou bien la poisse…. Il n’y a que la Française des jeux pour soutenir que c’est le moment ou jamais de tenter sa chance et tirer le Millionnaire gagnant. N’ayant jamais rempli de ma vie une grille de loto, je n’ai jamais pu vérifier cette affirmation. Ne lit-on pas cette mise en garde affichée en gros caractères dans les... [Lire la suite]
21 mars 2018

Comment j'ai pris à partie le Président des Étas-Unis, par Jean-Claude Boyrie

  Ce 14 février, voilà une date que je ne l’oublierai jamais. En France, où j’ai vécu quelque temps, les amoureux fêtent la Saint-Valentin. Ce jour-là, pour moi, tout a basculé. Rien n’indiquait pourtant, quand le réveil a sonné, qu’un malheur se préparait (1). Lorsque je me suis levée, il faisait un temps gris : ni beau, ni mauvais, ni chaud, ni froid. Ouvrant mes volets, j’eus sous les yeux le paysage habituel, plutôt morne, du campus : pelouses tondues ras séparant des bâtiments sans relief. Je consultai mon agenda... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 mars 2018

L'enfant qui ne voulait pas s'endormir, par Jean-Claude Boyrie

L'enfant qui ne voulait pas s'endormir    Lorsqu’il était tout petit, Erwan ne parvenait pas à s’endormir sans la présence rassurante d’une veilleuse auprès de lui. Cette lampe allumée lui tenait lieu d’ange gardien. Une fois assoupi, durant la phase du sommeil qu’on dit « paradoxal », il faisait des rêves bizarres. Ses parents le voyaient s’agiter dans son lit, faire des soubresauts, pousser des cris inarticulés. Quand on l’interrogeait au réveil sur ce qui s’était passé durant la nuit, le petit n’avait rien à... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 12:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 février 2018

Lacs et entrelacs, par jean-Claude Boyrie

« Jungle des mots ». Comme des lianes, les mots s’enroulent autour de la main qui va et vient sur le papier, caressant la surface des feuilles, leur texture… Il y a là une physique en mouvement. » François Place « Du pays des amazones aux îles Indigo », Casterman/ Gallimard, 1996.  Je me trouvais à la veille de la retraite et, n’ayant rien d’autre à faire, je préparais mon discours d’adieu. Compte-tenu de l’absolue médiocrité d’une carrière que tous jugeaient morne et sans éclat, je ne voyais pas... [Lire la suite]
06 février 2018

Pigeon vole ! par Jean-Claude Boyrie

C’est la première fois qu’on laisse Olivier s’aventurer seul dans le quartier… seul…. enfin, disons discrètement surveillé par ses grands-parents, qui ne s’en éloignent pas beaucoup. Olivier n’a pas atteint l’âge de raison, mais il est à celui des « pourquoi ». Par exemple : pourquoi faut-il s’arrêter quand se présente une rue à traverser ? À cause de la circulation, bien sûr. Pour un adulte, la réponse va de soi, pour un enfant, cela ne suffit pas : il faut lui expliquer qu’il doit emprunter le passage... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 décembre 2017

La dinde à l'olive, par Jean-Claude Boyrie

FRANCÈSE 20 (épisode parodique): La dinde à l'olive.    Quelque temps après qu'il m'eût remis son précieux mémoire, il advint que François de Martres fut veuf à son tour. Après la disparition de sa chère épouse, victime d'une longue et cruelle maladie, il vécut quelques six mois dans une semi-retraite, observant un délai convenable de viduité. Ensuite, il renoua progressivement avec ses anciennes habitudes, recevant au château seigneurial de Loupian ses ami(e)s et connaissances. En dépit des malheurs de... [Lire la suite]
Posté par JCBOYRIE à 05:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,