19 décembre 2011

Le wobook "Au bout du chemin"

Voici le premier wobook des ateliers d'Ecrits: le roman que J.C. Boyrie a écrit depuis la rentrée de septembre, par épisodes successifs   Cliquez sur l'icône ci-dessous pour déployer le livre électronique. Petit mode d'emploi : - pour tourner les pages, dirigez votre souris vers le coin supérieur ou inférieur, de la page. Vous verrez alors apparaitre une petite main, cliquez dessus, la page se tournera! - la souris dirigée en milieu de page se transforme en loupe. - pour un affichage plein écran, plus agréable à la... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 23:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 novembre 2011

La Lucane par Jean-Claude Boyrie

« Au bout du chemin » - épisode 8. « La Lucane »   Souviens-toi, Paul, de nos mille promesses. Au jour de ton départ, nous en avons tant fait, qui ne furent jamais tenues ! Naïve que j'étais, comment aurais-je pu croire que rien ne résiste à l'épreuve du temps ? Que nos chemins s'étaient séparés sur ce quai de gare, et que je t'embrassais pour la dernière fois ? Toi parti, je n'avais plus personne sur qui m'appuyer. Tu me chantais alors : Alouette, gentille alouette, je te plumerai la... [Lire la suite]
19 octobre 2011

Une histoire de clocher«, par Jean-Claude Boyrie

« Au bout du chemin » - épisode 4 Une histoire de clocher.   Paris, 27 septembre 1981, midi net. Paul Sallenave venait juste de rentrer chez lui. Ouvrant sa boîte aux lettres, il eut la surprise d'y trouver la réponse (positive) de Madame Dupuch, postée la veille. Un bon point pour la Poste, en cet heureux temps où le courrier ne mettait qu'un jour à traverser la France. Selon sa logeuse, il y avait toute la place qu'on voulait dans les Gîtes de Barsacq-sur-l'Eyre à cette époque tardive. Rien d'étonnant à cela. Le... [Lire la suite]
29 mars 2011

No bus ! par Jean-Claude Boyrie

No Bus ! « Il y a trois choses dans l'existence qui ne servent à rien : les couilles du pape, les seins d'une nonne, et le billet d'un transporteur fantôme... » Onésime Fierabras : « Ce monde où nous vivons... »   Vingt sept décembre, cinq heures du soir, le thermomètre affiche trois degrés au dessus de zéro. Cette nuit, c'est sûr, il gèlera. Si l'on ajoute l'humidité ambiante, il s'agit d'un « froid de canard », selon ce couple de Français paumés depuis deux heures à l'Autostazione... [Lire la suite]
29 mars 2011

L'aube de l'Oyssée, par Jean-Claude Boyrie

L'aube de l'Odyssée Illustrations de Claude Bascoul (dessin à la plume, encre colorée et lavis)   Tacata... Tacata... Tacata... Tacata.... Vingt huit décembre 2010. Une heure zéro neuf du matin, très exactement « Cette fois, c'est parti ! ». Qui l'eût cru ? Qui l'eût dit ? Le miracle s'est accompli. Coup de sifflet bref.... L'omnibus pour Milan tant attendu s'ébranle enfin, s'éloigne en brinquebalant de ce lieu maudit. Ce n'est pourtant que le début d'une Odyssée dont ces marins perdus ne voeint... [Lire la suite]
19 janvier 2011

"Dis Romaine, l'es-tu ?", par Jean-Claude Boyrie

Dis, Romaine, l'es-tu ?   Florilège d'annonces parues dans la presse italienne, 18 / 27- XII- 2010.     Jumeaux affamés cherchent nourrice.   Louve allaitante propose ses deux mamelles libres aux nouveau-nés.      Service Protection civile préconise cause risque de chute, de placer la Roche tarpéienne un peu plus loin du Capitole.   Collectionneur deux-roues offre de remettre en état la Vespa d'Audrey Hepburn pour vacances romaines. Poursuite infernale et vertige assurés,... [Lire la suite]

19 janvier 2011

Isetta, par Jean-Claude Boyrie

Rome, 26 décembre. Doux Jésus ! Le lendemain de Noël tombe un dimanche cette année. È tutto chiuso, tout est fermé ! Tu vis le triste éveil des réveillonneurs ayant oublié de s'endormir. En ville, les derniers fêtards croisent les premiers touristes. À l'heure où les autochtones s'assoupissent, les étrangers créent le mouvement. Au fond, cette ville qui n'en finit pas d'être éternelle n'a que l'âge de ses artères. Rien de lugubre comme ses voies désertes, véhiculant un charroi de tristesse et d'ennui..  Et toi donc ?... [Lire la suite]
15 décembre 2010

Heureux comme un poisson dans l'eau, par Jean-Claude Boyrie

Heureux comme un poisson dans l'eau. « C'est Albert, le contractuel, qui croyait que la vie était belle.... » (Les Charlots, 1967).    Bonjour à tous, je m'appelle Albert. Ça vous laisse froid ? D'accord, c'est un prénom d'une banalité consternante, mais enfin c'est celui qu'on m'a donné à la naissance, j'ai la faiblesse d'y tenir. Et puis, sachez-le bien, tous les Albert ne sont pas contractuels, tant s'en faut. Moi, je trouve que la vie est belle, et que je suis mathématicien de mon état.  Cela ne se voit pas... [Lire la suite]
07 décembre 2010

Une "vraie" question, par Jean-Claude Boyrie

Une « vraie » question....         Quand donc commençai-je à douter de la fiabilité de mes propres jugements ? Bof... c'était il y a quelques années, lorsque j'appris enfin l'emploi du conditionnel. À quelle occasion ? Je ne m'en souviens plus exactement. J'avais déjà pris de l'âge, en tous cas dépassé le mitan de l'existence.... C'est en méditant sur mes déboires en tous genres que je me souvins opportunément de mon sujet de Bacc. Philo 62 au Lycée Papillon, sujet que voici :    « La... [Lire la suite]
12 novembre 2010

Bric-à-brac (AVC 3) par Jean-Claude Boyrie

Bric-à-brac.       " Bénis soient les fêlés, car eux seuls reçoivent la lumière..." Michel Audiard.    Ce serait tout de même mieux si....  Si quoi ? Hélène  s'accorda le temps de la réflexion.     La « rééducation » de Ludovic Puyau allait commencer. Disons « la tentative de... »  L'assistante du Dr Formont savait, enfin croyait savoir mieux que personne, où elle allait. Mais le chemin à prendre pour y parvenir était semé d'embûches. Elle eut un scrupule. Avant... [Lire la suite]