06 novembre 2016

La lecture clandestine, par Louis Portejoie

Piste d'écriture: la lecture et vous (ou vos personnages). Qu'a-t-elle apporté, influencé, modifié? Que devient le corps tandis que les yeux parcourent les lignes?      Le père de Julien Sorel, personnage du livre de Stendhal : «Le rouge et le noir», travaille dur.Dans une scierie, avant que ne soient livrées des planches de toutes les dimensions, il faut un savoir faire, un amour du métier, un courage à  toutes épreuves, mais aussi une force physique hors du  commun. Le jeune Julien, heureusement,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 mars 2016

Cristallisation, par Louis Portejoie

Alterner point de vue du narrateur et du personnage.   Lucien leva les yeux et vit un grand immeuble. Il vérifia le numéro : le 23 ; c’était bien là.     Du linge pendait aux fenêtres, déjà teinté du gris le la pollution ambiante, déjà sali avant même que de sécher. La chaleur était étouffante et dans les escaliers, des enfants braillaient, d’autres plus âgés couraient dans les ruelles avoisinantes, pendant que des adolescents faisaient pétarader leur scooter dans un ballet d’acrobaties... [Lire la suite]
24 janvier 2016

Voeux basses calories, par Louis Portejoie

  Les bonnes (ou mauvaises) résolutions. «Bonne année Bonne santé!»    On s'embrasse, on se congratule, on se promet mille et mille choses toutes plus gratifiantes les unes que les autres. Hubert se prête volontiers à ce qui ressemble tout de même un peu à une mascarade,  Personne n'est dupe et les bonnes résolutions s’enchaînent: je ferai ceci, je ferai cela, je m'engage à ne plus fumer, à ne plus, et ne plus, et ne plus …. du vent tout ça! Ça tient quelques semaines, même voire quelques mois et puis ça... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
21 octobre 2015

Et gais rossignols, et merles moqueurs… par Louis Portejoie

  Piste d'écriture: en s'inspirant d'une photo de Jakob Tuggener, ancrer l’expérience, grâce à des détails qui vont amener le lecteur dans la sphère intime, physique, du personnage. Louis nous emmène en 1936...    Georges Ravier lance  brutalement la gigantesque roue dentelée qui entraine une série de courroies, associées à d'autres roues dentelées qui se déclinent en démultiplications à l'infini, dans un vacarme assourdissant de ferraille, de moteurs, de déclics, de cris métalliques, de jaillissements, de... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 octobre 2015

À la recherche de la montre perdue, par Louis Portejoie

19 octobre 2013: un village proche de Montpellier    On se met en ligne à la sortie du cimetière: Véronique m'embrasse, me serre dans ses bras pour une accolade appuyée; puis les amis, puis les connaissances, puis les amis des amis. Je suis fatiguée, la messe a été interminable, les discours un peu longs. Bon, ça va, il est mort il est mort! Je regarde l'heure, et je réalise: mon papy, mon papy à moi, je ne le verrai plus jamais. C'est sa montre qui me fait signe, celle sur laquelle je compte les minutes qui me séparent... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 juin 2015

Paperoles proustiennes... par Louis Portejoie

  Piste d'écriture: donner la parole à qui ne l'a pas (objet, animal, végétal...) « Bonjour monsieur. -Bonjour madame -Vous êtes inscrit chez nous depuis vingt ans à peu près, vous pouvez nous retracer votre parcours ? -Oui, alors comme vous pouvez le lire sur mon curriculum vitae, j'ai eu de gros problèmes pour être édité: j'ai été refusé partout et même André Gide n'a pas daigné me soutenir. Je suis resté plusieurs années à l'état d'ébauche, de feuillets épars, de cahiers négligemment jetés et abandonnés sur le... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 mai 2015

De Marcel à Titine84@hotmail.com, par Louis Portejoie

   Piste d'écriture: un échange de courriels, complété par une narration à la 3e personne. de tristan34@gmail.comà  titine84@hotmail.fr   date 18 mai 1916sujet : curiosités, chère Titine tout d'abord, je tiens à vous faire savoir que mon nom n'est pas «tristan34@gmail.com!» en réalité je m'appelle Marcel Proust , mais lorsque j'ai tapé ce nom, quelqu'un m'a répondu et m'a fait savoir que ce patronyme était déjà utilisé et que par conséquent je n'avais pas le droit de le mentionner: vous imaginez quel fut... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 février 2015

Une frayeur, par Louis Portejoie

Piste d'écriture: quand l'Histoire rencontre l'histoire individuelle...       Bizarre les images défilent en boucle à la télé: deux mecs encagoulés de noir, qui tirent sur tout ce qui bouge, puis un autre encagoulé de noir, qui tire sur tout ce qui bouge, puis des mecs encagoulés de noir, qui semblent attendre que ça bouge.      Comme dirait Anouilh dans son Antigone: voilà: les personnages que vous voyez là,  assis autour d’une grande table, avec des feutres et des grandes pages... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 21:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 février 2015

Mettre ses pieds dans leurs chaussures... par Louis Portejoie

Piste d'écriture: se réveiller dans la peau d'un autre...       J’étais tellement fatigué hier soir en me couchant que je me suis endormi d’une masse, tout habillé. Je n’ai même pas pris le temps et la peine de retirer mes chaussures: il faut dire que le rassemblement «je suis Charlie» était particulièrement fatiguant:une très longue attente, des émotions paroxystiques, et quelques kms dans les pattes. Je n’ai pas entendu le réveil mais c’est pas grave, il est réglé depuis des lustres à 7 heures et ne... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
14 octobre 2014

A , NOIR . E , BLANC - par Louis Portejoie

piste d'écriture: écrire avec son odorat, on ouie, son toucher.     C'est venu comme ça, progressivement. D'abord une vision tubulaire, comme à travers le canon d'un fusil, puis des points diffus, puis du flou, puis le brouillard, persistant, permanent, qui s'étend sur toute chose, qui englobe tout dans un indéfini rugueux et fuyant ;qui transporte avec lui une émanation âcre de terre retournée,  fraîche, humide encore sur ses mains qui semblent soulever les voiles de brume, au matin, avec cette résistance,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,