31 octobre 2019

L'épiphanie de Madeleine (1), par Nyckie Alause

Piste d'écriture: créer un ou des personnages, à partir des portraits de Vincent Bioulès. -I-      Madeleine et les rois   Jusqu’au mois de janvier dernier, je crois que c’était le 6, drôle d’Epiphanie m’a dit Gustave, j’acceptais que l’on m’appelle Madeleine. « C’est bien ton nom » me diras-tu… « Que s’est-il produit le jour des rois ? ». Eh bien… rien justement, ou disons pas grand-chose. Je crois me souvenir que j’attendais quelque chose, ou à tout le moins que j’éprouvais... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 avril 2019

La déflagration (2), par Nyckie Alause

LA DEFLAGRATION (2)  La salle du café est presque vide, la télé fonctionne sans le son. Un jukebox à l’ancienne passe un morceau cool. Les deux couples se sont assis sans se lâcher la main. Lui, l’homme d’un certain âge, répète c’est fini, c’est fini. Il passe une main vigoureuse dans ses cheveux pour les réarranger mais s’en échappe de la poussière. Liane et Léon, les jeunes gens, frémissent. Des traces sombres marquent leurs visages, des égratignures sanguinolentes strient leurs avant-bras. Leurs narines comme guidées par la... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 avril 2019

La déflagration (1), par Nyckie Alause

  Piste d'écriture: un évènement (ou une situation) dont on pourrait ne pas revenir. LA DEFLAGRATION   Ce titre que je donne au papier je ne l’ai écrit qu’après avoir commencé à raconter. C’est pourtant ce qui s’est produit, une déflagration, et personne sur le moment n’y a réagi de la même manière. Je marchais sur le trottoir de gauche, en plein soleil, un peu ébloui par son reflet à l’intérieur de mes lunettes, par la difficulté à percevoir les ombres portées longues et mouvantes devant mes pieds. Il devait... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 avril 2019

Emilienne, par Nyckie Alause

Piste d'écriture: photos d'Andy Summers (exposition au Pavillon populaire, Montpellier, 2019)  Emilienne, depuis qu’elle s’est assise sur ce banc, n’a pas osé se lever et s’éloigner de ses affaires. A sa décharge, elle a passé tant de temps, une partie de la nuit, à s’installer. Quatre étages quand même, à monter et à descendre les bras engourdis par le poids de ses sacs plastique, du fauteuil pliant au tissu blanchi par le soleil, de sa seule valise dont un des deux clips de fermeture ne tient plus. Sous l’escalier de... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 janvier 2019

Noël de cette année, par Nyckie Alause

Piste d'écriture: d'après la chanson de Lhassa, Confession, penser à un personnage en termes de contradiction, voire de paradoxe.  Je n’aime pas les enfants. Voilà, c’est dit ! Est-ce ma faute si mes parents m’ont prénommé Noël? Heureusement les allusions au grand homme, disons plutôt au grand personnage, n’arrivaient pas dans les cours d’école avant le début du mois de décembre. Selon l’imagination et la créativité de chacun cela pouvait aller de « tu es son fils, tu seras le premier servi… » à « ta mère, c’est... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 janvier 2018

Rêves, par Nyckie Alause

Piste d'écriture: comment écrire le rêve (et son éventuel impact sur notre vie diurne?). Des cartes éditées par Tubographe Editions ( www.tubographeditions.fr) nous ont aidés. Rêve numéro 666. LE SILENCE La pièce est « ombrageusement » silencieuse. Ai-je moi-même remonté le rabat du drap juste par-dessus ma tête ? Est-ce moi qui suis cachée au fond du lit ou une autre ? Tant que je ne me résous pas à ouvrir mes paupières, je n’en sais rien. Et ce mot que j’emploie, « ombrageusement », est-il approprié à la... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 novembre 2017

Dehors, par Nyckie Alause

Piste d'écriture: écrire des dialogues entrecoupés de narration   La porte s’est refermée, silencieuse, comme une ombre. Le claquement de fin de course du pêne le confirme. Jusque-là j’aurais pu croire qu’il s’agissait d’un effet lumineux, une conséquence de l’heure. Les nuages rapides qui croisent nos cieux aujourd’hui sans ralentir occultent le soleil dans une danse hypnotique. — Je serais à ta place, je ne mettrai pas le nez dehors. C’est ce qu’il m’a dit tandis que nous prenions notre petit-déjeuner dans la cuisine. —... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 octobre 2017

Chien noir, par Nyckie Alause

Piste d'écriture: écrire le mouvement, à partir d'extraits de Laurent Mauvigner (Continuer, ed de Minuit, 2016). La première phrase de ce texte en fait partie.   Ils ont pris la belle habitude, le soir, selon l’endroit où ils se trouvent, s’il n’y a pas trop d’obstacles, de poser leurs chaussures au bord du chemin et se mettre à courir. Ils viennent de le faire, se déchausser. Jeanne a posé ses chaussettes comme des oiseaux tombés du nid sur ses Pataugas aux lacets brunis de poussière. Luis, lui, a réussi à tout quitter d’un... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 mars 2017

Lise, Léon..., par Nyckie Alause

Si vous voulez en savoir plus sur Léon et Lise... Comment Lise est-elle arrivée sur cette plage ? C’est une longue histoire qui a commencé il y a longtemps. Elle n’est pas venue par hasard, c’est évident. Elle a pris le train jusqu’à Boulogne, puis la navette. Elle a fait le trajet le front collé sur la vitre froide qui lui a laissé une marque blême qui tardera à disparaître. Le rendez-vous chez le notaire a été vite expédié. Elle n’a rien appris qu’elle ignorait. L’homme était plutôt aimable, il l’a raccompagnée jusqu’au palier et... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 mars 2017

Léon, Lise, par Nyckie Alause

Inspiré par l'univers pictural de Varvara Bracho   Léon n’a pas pris le métro jusqu’à la station Bastille, il préfère flâner en traversant la Seine. Il a encore du temps à perdre. Alors il traine, s’arrête, regarde l’eau du fleuve qui est un peu grise, les mouettes qui passent en vol-plané au ras de vagues qui moutonnent légèrement avant de s’écraser sur les piles du pont. Ça criaille un peu malgré le bruit incessant de la circulation. S’il se laissait aller il irait chercher au fond de son sac quelques reliefs de sandwich et... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,