20 novembre 2022

Antigone, Que voulez-vous que cela me fasse à moi, votre politique, vos nécessités, vos pauvres histoires? par Paul Barry

15 octobre. Au dernier étage de l’immeuble, l’appartement d’Elisa, situé dans le quartier d’Antigone, dominait la ville alentour. Elle voyait les taxis volants tracer leur route dans un ciel pur, suivant des circuits invisibles mais bien déterminés. Elle contemplait cette prouesse technique, comme autant d’autres sans pour autant s’en émouvoir. Tous ces progrès matériels masquaient mal pour elle une défaite spirituelle. Pas qu’elle fût particulièrement croyante. Les mariages en grand pompe de ses copines à l’église ou au... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 février 2021

Banania, par Paul Barry

Piste d'écriture: inspirée par La brocante mystique, une nouvelle de G. O. de Châteaureynaud publiée dans Brèves n°102, imaginer les circonstances d'une remise en question, jamais complète mais suffisante pour modifier un trait saillant de votre personnage, ou des habitudes ancrées. Les phrases en italique sont tirées du texte. Le passé, ce n'est pas mon truc. Je me lasse vite de tout ce qui vieillit, des objets comme des gens. Quand ça se périme, je jette ! En traversant la campagne en voiture avec ma dernière compagne, nous... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 avril 2020

« Primevere revient en saison », par Paul Barry

Piste d'écriture: odeurs, sensations, sentiments « Ce fu en cel termine Que primevere revient en saison Que la flor monte en l’aube-espine, Et prez reverdissent »   Alfred pose son stylo. Dans son bureau, pris par l'odeur des vieux livres de son bureau, il s'essaie à la poésie médiévale, en estropiant les premiers vers d'un chapitre du Roman de Renart qui lui est resté en mémoire depuis ses études littéraires. « Seignors ce fu en cel termine Que le doz tens d'esté decline Et yver revient en saison » ... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 décembre 2019

Au temps, de Paul Barry (hommage à Guillaume Apollinaire)

Au temps, Voleur de l'eau  que le temps emporte (Hommage à Guillaume Apollinaire.)   Au bord du lac les yeux fermés oreilles ouvertes, indifférent aux cris des mères et des baigneurs   J'aspire l'air directement comme un criquet par des stigmates par les côtés directement. Car cet été je suis devenu un être simplifié à l'extrême   Le rythme vibratoire des cils, la pulsation rouge sous mes paupières qui diffuse à fleur de peau, ces battements me rappellent le pendule des gènes les traits d'... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 octobre 2019

Le centaure de quinze ans, par Paul Barry

Piste d'écriture: camper un personnage via une métaphore.   Le centaure de quinze ans (Daniel, de La Place Rouge à Griffeuille, Arles, 1970)   (…) « Près du passé luisant demain est incolore » G. Apollinaire, Cortège, in Alcools.  La longue barre d'immeubles qui longeait la rue Winston Churchill formait à un endroit un décroché, une oasis carrée avec une fontaine au milieu, en retrait de la rue. Notre Place Rouge était loin de Moscou. Je ne connais toujours pas son vrai nom, mais qui le sait, à part les... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 juin 2019

RAF Tatouage, de Paul Barr

  Depuis une heure déjà Se mélangent l'encre et le sang. Ils donnent sens à la douleur La douleur vive de la piqûre, Toujours la même, identique Comme au début. Le temps ne fait rien à l'affaire, ça, tu le savais déjà.   Deux gars sont là, dans une chambre Grandis trop vite, dans des immeubles Qui sonnent creux quand on s'en va. Des pas résonnent   En peu de mots, beaucoup d'alcool La décision a été prise. L'aiguille trace la ligne courbe Et pareille à celle de la boussole De l'avion qui passe... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 mai 2019

Féria de Pâques (2), Paul Barry

Paul Barry participe aux ateliers du samedi. Il publie poèmes et nouvelles (par épisodes) sur WeLoveWords, sous la signature de Al Prubay. http://welovewords.com/alprubray Le poème se poursuit... ...Nougat des tendres années ! Comme sont tendres les jeunes pousses Des arbres blancs des bords du lac Dans ce Vichy de mes vacances Où tout est blanc ou tout est bleu Comme l'eau au fond de tes yeux.   Mais l'amour fou méconnaissable, Tant qu'il est là reste ignoré. Seul quand se brise dans le vide, Comme un cockpit... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 18:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 mai 2019

Féria de Pâques, Arles 1970 (1), Paul Barry

Paul Barry participe aux ateliers du samedi. Il publie poèmes et nouvelles (par épisodes) sur WeLoveWords, sous la signature de Al Prubay. http://welovewords.com/alprubray Comme les bulles d'une limonade au citron, les souvenirs d'enfance remontent à la surface quand on regarde le ciel d'avril Pâques est là et donne l'heure ! Il est venu le temps des combats Les feuilles tendres montrent leurs doigts Il est printemps, on se réveille Avec la fanfare le Réveil du Delta   Sur les quais gris, dans la Roquette ... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 20:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 février 2018

Margaret infirmière, par Paul Barry

Propos liminaire Marguerit Buber-Neumann n'a jamais été infirmière. Je ne connaissais d'ailleurs absolument pas sa vie avant que Carole nous  mette cette photo de Denis Roche sous les yeux, à l'occasion d'une expo sur ce photographe au Pavillon Populaire sur l'Esplanade, à Montpellier.  J'ai écrit ce court récit d'après ce que m'inspirait ce portrait . Certains faits semblent coïncider,  d'autres pas du tout. Tout dans ce texte est pure fiction. Une force de résistance aux épreuves et aux souffrances liée à une... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 10:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 avril 2017

Un de ces jours de janvier au soleil, par Paul Barry

    C'était un de ces jours de janvier. Un de ces jours froids et secs où le mistral frictionne les joues des passants. La découverte d’une façade à l’abri du vent, orientée plein sud m’offrit une oasis inespérée.Le soleil, semblait avoir fixé ses rayons comme pour une éternité. Assis au pied du mur, je sortis ma gamelle. Le calcaire coquillé du bâtiment teintait d’or la lumière et renvoyait la chaleur. Comme un été en plein hiver ! Comme un lézard, je buvais le soleil en silence. Quel bonheur après la course contre le... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 14:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :