02 avril 2017

Une tranche de vie, par Sylvie

Piste d’écriture : s’inspirer d’une phrase de roman (prise au hasard sur une carte à jouer).   Une tranche de vie L’un des deux hommes dit qu’il a envie de… mais il n’arrive pas au bout de sa phrase, car l’autre le coupe en disant qu’il est l’heure de partir. « Partir, mais pour aller où ? » se demande Nanard en les observant. Leur territoire s’étend sur un kilomètre carré tout au plus, et, à cette heure de la journée, le meilleur endroit, le trottoir le mieux chauffé par le soleil de décembre, c’est ici,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 janvier 2017

La clé, par Nyckie Alause

Un homme ne passe pas dix minutes l’oreille collée à une serrure s’il ne comprend pas un mot de ce qui se dit. (Alistair Mac Lean - les canons de Navaronne) Un homme ne passe pas dix minutes l’oreille collée à une serrure s’il ne comprend pas un mot de ce qui se dit. C’est ce qui se dit, ce que l’on entend à l’envi devant cette porte aux serrures multiples. Certains déploient une ingéniosité incroyable, des matériels de leur création que je n’aurais pu imaginer avant de les voir pour tenter de saisir et de dévoiler les secrets... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 janvier 2017

Jasmine au couteau suisse, par Marion Paulet

  D'après une phrase déclencheuse: Elle était là, une orange dans une main et dans l'autre, son couteau...   Elle était là, une orange dans une main et dans l’autre, son vieux couteau de cuisine dont elle ne se séparait jamais…en cuisine, bien sûr. Quoi qu’en y réfléchissant, elle développait depuis toujours une passion pour les couteaux, pour tout ce qui coupe en général! Je la connaissais depuis l’enfance, Jasmine, car nous avions grandi ensemble dans cette grande maison de famille dont je connaissais tous les... [Lire la suite]
01 janvier 2017

Le retour, par Michelle Jolly

Piste d'écriture: une phrase,"Le lendemain je me réveillai avec la migraine". « Le lendemain je me réveillai avec la migraine » répète Léo….  Cet été-là il est parti longtemps, et depuis son retour, je le trouve changé, absent, tout en partageant avec mo, ce même bureau au Ministère, en bon fonctionnaire fidèle.  « Le voyage a été long, dit-il, agité par les bavardages incessants de ces nouveaux touristes du grand nord, presque tous américains, voix fortes et arrogantes...   Tu te souviens que... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 17:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 juillet 2016

Le journal d'un fou, par Sylvie Albert

Piste d’écriture : Imaginer un texte à partir de mots liés aux spectacles des Festival d’Avignon 2014 et 2015 (indiqués ici en italique). Le journal d’un fou J’appelle mes frères et, comme souvent, personne ne répond. Ils ont encore dû suivre cette satanée Solange Rossignol et s’embarquer dans Dieu seul sait quelles odyssées, et ils m’ont laissé gérer la boîte seul - ou quasiment, car Vassilissa est plus souvent à la Happy manif qu’à son poste derrière le bar. Et quelle boîte ! Le chien qui fume, vous parlez d’un nom…... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 juin 2016

A présent Paolo regardait la mer... par Chantal Joanny

Piste d'écriture : une phrase de Francesca Melandri, l'une des auteures italiennes invitées à la Comédie du Livre, tirée de  Plus haut que la mer, Gallimard, 2015. A présent Paolo regardait la mer.   Une ivresse l'emplit enfin. Assis au bord de la falaise, sur la roche saillante grenat, le soleil allait sécher ses plaies. Il tendait les mains vers le large dans une grande respiration, ses yeux clignotaient sur les reflets de l'onde apaisée. Il n'en aurait d'ailleurs pas supporté le mouvement ni le fracas à moins de... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 21:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juin 2016

Amours fanées, par Colette Rostan

Fin mai, la Comédie du Livre a réuni à Montpellier plusieurs auteurs italiens. Nous nous sommes inspirés de certaines phrases de leurs romans durant notre séance d'écriture. Colette a choisi une phrase de Milena Agus, tirée de son roman Sens dessus dessous, édité chez Liana Levi. en 2016. Je la redonne à la fin de ce texte.  AMOURS FANEES  Les croquis cette fois lui posaient quelques problèmes mais il devait oublier tout ce qu’il avait toujours maîtrisé avec tant de grâce.  Il était fier d’avoir jusque là imposé ce... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 juin 2016

Mission impossible ? par Danièle Géroda

Fin mai, la Comédie du Livre a réuni à Montpellier plusieurs auteurs italiens. Nous nous sommes inspirés de certaines phrases de leurs romans durant notre séance d'écriture. Danièle a choisi une phrase de Marco Lodoli, tirée de son roman Grand cirque déglingue, édité chez P.O.L. en 2016. Je la donne à la fin de ce texte, pour ne pas en déflorer le suspense.... Mission impossible?  Quand peut-on affirmer qu’un bon amateur rafle toutes les compétences d’un mauvais professionnel ? On peut être bon amateur en tout alors que... [Lire la suite]
07 mars 2016

La visiteuse, par Jean-Claude Boyrie

  Piste d'écriture: une phrase, située au début de ce texte.     Ce 1er septembre 1814.   Elle regarde les nuages dans le ciel, des nuages qui flottent là-bas, de merveilleux nuages1. Il fait beau, divinement beau pour une fin d'été. À bord de la frégate, se trouve une mystérieuse jeune personne (on ne lui donne pas la trentaine). On chuchote bien son nom, mais au vrai l'on n'en sait rien, car elle voyage sous une fausse identité. Son périple a un but, jalousement tenu secret. Il s'agit d'un certain... [Lire la suite]
09 janvier 2016

Le poulpe, épisode 1, par Nyckie Alause

Piste: cette phrase, prononcée par un(e) inconnu(e): Il faut absolument que je vous parle. En posant les pieds sur les pavés glacés de la chambre, j’ai été envahie par le sentiment pesant d’une routine écrasante. Pourtant, la routine, j’adore ça. Le réveil n’avait pas encore sonné que déjà j’appuyais sur le bouton arrêt. Il émit une petite vibration frustrée, encore une, la troisième de la semaine, mais nous n’étions que  mercredi. Paul était déjà parti ou pas encore rentré, comment savoir ? Six heures vingt-sept minutes,... [Lire la suite]
Posté par Menahem Lilin à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,